BFM Business

Séparation bancaire : vers une réforme a minima

Le gouvernement reprend l'argumentaire des banques à son compte : le modèle des banques universelles françaises a bien résisté à la crise

Le gouvernement reprend l'argumentaire des banques à son compte : le modèle des banques universelles françaises a bien résisté à la crise - -

Le projet français pour mieux sécuriser les dépôts des Français au sein des banques sera présenté le 19 décembre. Déjà, on sait qu'il n’est plus question d’une séparation à des activités à proprement parler.

Les discussions se poursuivent sur le projet de séparation bancaire. Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie rencontre ce jeudi 15 novembre Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France et Erkki Liikanen, l'auteur du rapport sur le sujet remis à Bruxelles. Le projet français sera officiellement présenté en Conseil des ministres le 19 décembre prochain. Et il devrait être très édulcoré comparé à ce qui avait été annoncé lors de la campagne présidentielle.

Une règle que les banques sont déjà censées appliquer

Plus question de couper les banques en deux. Le gouvernement prévoit seulement d'interdire certaines activités spéculatives, comme le trading pour compte propre. Or, officiellement en tous cas, tous les établissements français ont déjà stoppé ce type d'activités. L'Etat se contenterait donc de graver dans le marbre une règle que les banques françaises sont déjà censées appliquer.

Le gouvernement français s'est donc rallié aux banquiers. Aujourd'hui, Pierre Moscovici, le ministre de l'Economie, reprend même leur principal argument à son compte. Il l'a dit récemment : le modèle de banque universelle à la Française a bien résisté à la crise, il ne faut pas l'affaiblir. Autant dire qu'on est très loin de la réforme en profondeur qui avait été annoncée lors de la campagne présidentielle.

Caroline Morisseau