BFM Business

Pourquoi les rachats d'acteurs du paiement électronique se multiplient

Le groupe de services de paiement américain Vantiv vient d'acquérir le britannique Worldpay pour 10,3 milliards d'euros. Ce rachat crée un acteur mondial dans un secteur en recomposition où la course à la taille s'impose.

La consolidation s'accélère dans les systèmes de traitement des paiements électroniques dématérialisés. Le groupe américain Vantive vient de s'offrir le britannique Worldpay pour 9,3 milliards de livres (10,3 milliards d'euros) afin de créer un acteur mondial dans un secteur en pleine recomposition. Les deux sociétés espèrent boucler leur fusion début 2018 une fois obtenus les feux verts réglementaires ainsi que l'approbation des actionnaires.

Méconnues du grand public, ces sociétés fournissent une batterie de technologies sécurisées autorisant le paiement numérique par carte dans toutes les situations: sur internet depuis un ordinateur, par smartphone ou dans les magasins via un terminal connecté.

Le nouveau groupe sera un géant mondial du secteur

Le nouveau groupe, qui prendra le nom de Worldpay, aura une valorisation d'environ 22,2 milliards de livres et sera détenu à 43% par les actionnaires de Worldpay et à 57% par ceux de Vantiv. Il aura la capacité de réaliser des paiements pour 1.500 milliards de dollars et 40 milliards de transactions chaque année dans 146 pays et 126 devises.

L'ampleur de ces chiffres donne une idée de ce que pèsera le groupe dans un secteur qui accélère sa mue à l'heure du numérique et de l'essor du commerce en ligne sur la planète. Si Worldpay est moins connu que les services de paiement électronique grand public comme PayPal ou Apple Pay, il représente un rouage essentiel en garantissant la technologie et la sûreté des paiements reçus par les commerçants. Ingenico a pensé acheter cette société avant d'y renoncer en 2015.

-
- © Le développement de nouvelles méthodes de paiement, notamment par smartphone, ont bouleversé la donne dans le secteur. Philippe Huguen-AFP

Comme l'explique le directeur général de Worldpay, Philip Jansen, "la croissance du commerce en ligne et la manière dont les consommateurs se comportent rendent le secteur plus complexe à l'échelle mondiale".

L’essor de l’e-commerce à l'international et le développement de nouvelles méthodes de paiement électronique ont achevé de bouleverser la donne sur ce marché. De surcroît, la consolidation fait sens dans le secteur des paiements, industrie de coûts fixes et de forts volumes.

La fusion entre Vantiv et Worldpay n'est pas la seule à agiter le secteur des paiements. Toutes les entreprises du secteur suscitent les convoitises de ceux qui cherchent à se renforcer dans les services de paiements numériques, afin de contrer l'offensive des services en ligne fournis par les acteurs venus de l'internet, tels PayPal, Facebook, Apple Pay ou Square.

Atos, via Worldline, a joué à son tour la carte des rachats

L'émetteur de cartes bancaires américain MasterCard vient ainsi de racheter pour 700 millions de livres VocaLink, une start-up britannique spécialisée dans la conception et l'exploitation des systèmes de paiement. De son côté, le groupe danois Nets A/S, rival de Worldpay, a annoncé, début juillet 2017, avoir été approché par de potentiels acquéreurs. Déjà, en décembre 2015, déjà, les deux principaux acteurs du marché américain, Global Payments et Heartland Payment Systems, avaient fusionné.

De son côté, le groupe informatique français Atos a annoncé au début de l'été 2017, le rachat, via sa filiale Worldline de la société Digital River World Payments (DRWP), spécialiste du paiement en ligne. Fondée en 1997 et basée à Stockholm, DRWP a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires d'environ 37 millions d'euros. Il était temps. Les proies commencent à se raréfier...

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé Journaliste BFM Éco