BFM Business

Oudéa veut "redorer l'image des banques aux yeux des Français"

Frédéric Oudéa était l'invité de RMC ce mardi 8 octobre

Frédéric Oudéa était l'invité de RMC ce mardi 8 octobre - -

Frédéric Oudéa, PDG de Société Générale, était l'invité de BFMTV et RMC ce mardi 8 octobre. Il revient sur la relation des Français avec leur banque.

"Je veux que les Français se réconcilient avec leur banque". Frédéric Oudéa, PDG de Société Générale, a tenté, ce mardi 8 octobre, sur BFMTV et RMC, de redorer l'image des banques. Et sur les frais bancaires, sujet de grogne pour de nombreux usagers, il explique que "derrière nous avons le coût des personnes qui travaillent aux services des clients, de la sécurité des paiements sur internet, des services…". Les frais bancaires s'élèvent en moyenne à 191 euros par an, selon une étude réalisée par le comparateur de banques Panoramabanques.com et publiée lundi 30 septembre.

Et il se dit satisfait du décret annoncé en juillet par Pierre Moscovici. Il plafonne les commissions d'intervention prélevées par les banques à 8 euros par opération et 80 euros par mois pour l'ensemble des clients, dans le cadre de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Des plafonds de 4 euros par opération et de 20 euros par mois sont prévus pour "les clients les plus fragiles".

"Nous allons fermer des agences"

Par ailleurs, Frédéric Oudéa a annoncé la fermeture d'agences. "Nous nous adaptons, en matière de banque de détails, aux évolutions. Les clients vont moins en agences. Ils utilisent de plus en plus internet". Société Générale va donc fermer, en 2014, une dizaine d'agences, surtout dans les grandes villes. "Au total, nous allons supprimer 600 emplois en France".

Mais que les épargnants se rassurent, la banque se porte bien. "Nous avons tourné la page du défi du bilan. Nous allons faire des bénéfices". En effet, la banque a renforcé son "matelas de sécurité. L'Etat n'aura plus besoin de nous aider en cas de problème. Nous avons 50 milliards d'euros au chaud pour protéger les épargnants".

Et il ajoute, "aujourd'hui, nous avons des contrôles. Il n'y a pas de professions plus contrôlées que la nôtre. Il y a toujours des risques. Mais des affaires de cette ampleur, nous sommes à l'abri", faisant référence à l'affaire Kerviel.

"les réformes du gouvernement sont insuffisantes"

Et enfin le PDG de Société Générale est revenu sur divers sujets, notamment sur le Budget. S'il estime que les réformes du gouvernement vont dans la bonne direction, "elles sont insuffisantes".

Concernant les paradis fiscaux, Frédéric Oudéa pense que "c'est fini. Les particuliers ne peuvent plus avoir de comptes secrets pour échapper au fisc". En revanche, il estime qu'il "ne faut pas tuer le secret bancaire. Les comptes de tout le monde ne doivent pas être publics".

D. L.