BFM Business

Moscovici: la réforme bancaire européenne "fait la part belle à la Grande-Bretagne"

Pierre Moscovici indique qu'il "sera vigilant" sur les choix retenus par l'exécutif européen.

Pierre Moscovici indique qu'il "sera vigilant" sur les choix retenus par l'exécutif européen. - -

Le ministre de l'Economie, dans une interview accordée à Reuters ce jeudi 30 janvier, critique le projet de réforme bancaire présenté la veille par Bruxelles. Pour lui, ce texte "oublie que le risque n'est pas proportionnel à la taille".

Pierre Moscovici affiche un peu plus ses divergences avec le projet de réforme bancaire européenne présenté mercredi par Bruxelles. Dans une interview accordée à l'agence Reuters ce jeudi 30 janvier, le ministre de l'Economie et des Finances ne croit pas " qu'on puisse dire que ce soit une réforme qui aille plus loin que la réforme française, elle est différente".

"Elle s'applique à moins de banques que la réforme française et, ce faisant, elle oublie que le risque n'est pas proportionnel à la taille", a-t-il poursuivi.

"Et elle fait la part belle à un système anglo-saxon, lequel paraît préservé: la Grande-Bretagne se trouve en effet dans une situation relativement favorable dans cette proposition" a-t-il jugé.

"Je serai très vigilant"

"Il est important que la Commission garde une position neutre et qu'elle évite de privilégier un modèle sur un autre ou de remettre en cause des réformes ambitieuses que nos deux grands pays, la France et l'Allemagne, ont mises en oeuvre aujourd'hui, avant les autres", a-t-il continué.

Ainsi, il sera "très vigilant quant aux choix faits par le texte européen pour qu'il ne remette pas en cause les acquis de la réforme française, c'est une démarche que nous suivrons avec l'Allemagne".

Avant Pierre Moscovici, la Fédération bancaire française et le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer ont critiqué de vives voix le projet bruxellois. "J'espère que ce projet restera enterré et qu'il n'aura aucune suite", déclarait ainsi Christian Noyer, mercredi.

J.M.