BFM Business

Les grands assureurs évaluent le coût vertigineux du coronavirus

Le coronavirus vu au microscope - Image d'illustration

Le coronavirus vu au microscope - Image d'illustration - AFP

Le britannique Lloyd's of London estime à 203 milliards de dollars les coûts que pourraient entraîner la pandémie de Covid-19 pour les assureurs, tous pays confondus.

L'épidémie de coronavirus pourrait bien être l'événement de l'histoire le plus coûteux à couvrir pour les grands assureurs de la planète. Deux d'entre eux ont commencé à évaluer ce coût et les résultats sont vertigineux. Les pertes mondiales atteindront 203 milliards de dollars en 2020 a estimé jeudi le britannique Lloyd's of London.

Ce coût comprend 107 milliards d'indemnisations et 96 milliards de moins-value sur les portefeuilles d'investissement, précise le marché londonien de l'assurance dans un communiqué.

"Le secteur de l'assurance dans le monde indemnise les entreprises et les personnes affectées par le Covid-19 en faisant marcher un grand nombre de couvertures différentes", explique John Neal, directeur général de Lloyd's of London.

Ce qui rend cette pandémie "unique" selon lui "c'est non seulement l'impact humain et social mais également le choc économique", avec une explosion du chômage, des faillites et un effondrement du produit intérieur brut dans de nombreux pays.

Des montants qui pourraient augmenter

En ce qui le concerne, le groupe prévoit de verser jusqu'à 4,3 milliards de dollars de dédommagements à ses clients frappés par la pandémie de coronavirus. Ce coût sera pour Lloyd's of London similaire à celui du 11-Septembre (4,7 milliards) ou encore à celui des ouragans de 2017 (4,8 milliards).

L'assureur indique jeudi dans un communiqué qu'il s'attend à des indemnisations entre 3 et 4,3 milliards de dollars dans le monde et que ce montant pourrait augmenter si les confinements se poursuivent plusieurs mois.

Zurich Insurance évalue de son côté ces coûts à 750 millions de dollars (694 millions d'euros) en 2020. L'assureur suisse a entouré cette estimation de précautions, compte tenu de "l’incertitude significative" autour de la pandémie. Ce montant, qui concerne les demandes de dédommagements, reste néanmoins dans la zone de "tolérance" que peut assumer le groupe, a-t-il précisé dans un communiqué. 

Quelque 280 millions de dollars de frais de dédommagements ont déjà été reconnus dans ses comptes du premier trimestre, a précisé l'assureur.

OC avec AFP