BFM Business

Le taux du livret A pourrait baisser à 1,5% au 1er août

Le taux du Livret A devrait passer au 1er août à 1,5% contre 1,75% actuellement.

Le taux du Livret A devrait passer au 1er août à 1,5% contre 1,75% actuellement. - -

Selon le journal Les Echos, le gouvernement envisagerait de limiter la baisse du taux du Livret A à 1,5% au 1er août. Actuellement, il est à 1,75%. « C’est marcher sur la corde raide », explique l’économiste Alexandre Delaigue.

Après le coup de massue de l'annonce d'une hausse importante des tarifs de l'électricité au 1er août prochain, le gouvernement envisagerait de ménager un peu les Français détenteurs d'un livret A. De 1,75% il passerait à 1,5%. Pourtant, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a déclaré lundi que, compte tenu l'inflation, le taux devait se situer autour de 1% voire plus bas.

Moscovici attend les prévisions d’inflation

Mercredi à Bercy, une réunion s'est tenue autour du pouvoir d'achat, en présence du ministre de l'Economie Pierre Moscovici et du gouverneur de la Banque de France Christian Noyer. Pierre Moscovici a dit attendre la prévision d'inflation pour décider, tout en assurant avoir le « souci de préserver le pouvoir d'achat » de ce produit d'épargne.

« Ne pas rajouter un coût supplémentaire aux Français »

Alexandre Delaigue est professeur d'économie à Saint-Cyr. Pour lui, en maintenant un taux à 1,5% contrairement aux recommandations de la Banque de France, le gouvernement accorde une sorte de faveur aux Français en ne leur faisant pas porter l’inflation et la récession. « C’est clairement une grosse surprise. Vu le contexte actuel, les taux qui se pratiquent en Europe, l’inflation en baisse et la récession qui donne des anticipations d’inflation et de taux d’intérêts faibles, il y a une marge de manœuvre pour baisser le taux du Livret A. Donc le fait de maintenir le taux du Livret A, c’est très probablement ne pas rajouter un coût supplémentaire aux Français. Mais cela va aussi provoquer un coût pour le budget de l’Etat ».

« Une forme de redistribution »

« C’est marcher sur la corde raide », explique Alexandre Delaigue. Pour lui, cette baisse qui devrait être limitée est vraiment une sorte de cadeau fait aux Français. « Ça relève de cette logique qui vise à la fois de redresser les finances publiques et en même temps de ne pas casser l’activité économique en évitant d’infliger aux Français des conséquences sur le pouvoir d’achat. C’est quelque chose qui relève d’une forme de redistribution ». 

Tugdual de Dieuleveult avec J. Morin