BFM Business

Le découvert global des Français atteint 7,6 milliards d'euros

Le découvert des Français a considérablement augmenté en 20 ans.

Le découvert des Français a considérablement augmenté en 20 ans. - AFP - Fred Tanneau

La majorité des Français sont à découvert au moins une fois par an. Entre le paiement des intérêts, des commissions d'intervention et des envois de courriers d'alertes, la facture est salée. Mais des solutions existent pour éviter de se laisser dépasser par la situation.

61% des Français dépassent la limite autorisée par leur banque au moins une fois par an, 25% chaque mois, soulignait RTL ce mardi matin, reprenant une étude de Panorabanques.com, un comparateur de services bancaires.

En France, les comptes ordinaires des particuliers étaient débiteurs d’à peu près 7,6 milliards d’euros au premier trimestre 2016, contre 7,4 milliards un an auparavant, selon les statistiques de la Banque de France. Depuis 1993, ce montant a largement progressé, en particulier de 1996 à 2000 puis en 2009 et 2010. Les Français n’étaient débiteurs "que" de 4,6 milliards d’euros au premier trimestre 1993.

8 à 15% d'agios

Difficile d’évaluer combien cela coûte globalement aux Français. Mais d’après Serge Maître, secrétaire général de l’Association française des usagers des banques (AFUB), "6 à 7 millions de Français sont à découvert chaque mois". Or, les découverts sont considérés comme des crédits à très court terme, pour lesquels la banque facture des intérêts, souvent qualifiés d’"agios". Ils s’élèvent généralement entre 8 et 15% de la somme.

Le coût individuel des découverts pour chaque Français dépend non seulement des intérêts pré-cités, mais aussi de deux autres coûts. Le premier est la commission d’intervention facturée lors du dépassement du plafond de découvert. La loi la plafonne à 8 euros par intervention, dans la limite de 80 euros par mois. À cela s’ajoute une commission éventuelle liée aux envois de messages d’alertes par courrier postal ou électronique, parfois facturé jusqu’à 12 euros.

"Le découvert est une vache à lait pour les banques", s’exclame Serge Maître. Mais concrètement, combien cela rapporte-t-il aux établissements français? Il n’existe aucun chiffre officiel, et les établissements bancaires se gardent bien de communiquer ces données.

Au moins deux milliards par an

Mais pour rappel, en 2010, le Canard Enchaîné avait estimé que les revenus annuels liés aux découverts s’élevaient à deux milliards d’euros. Un montant probablement dépassé aujourd’hui, étant donné que les frais prélevés n’ont pas baissé et qu’au niveau global, les Français sont aujourd’hui davantage à découvert qu’en 2010. Cette année-là, au premier trimestre, les découverts représentaient 6,8 milliards d’euros, contre 7,6 au premier trimestre 2016, selon la Banque de France.

Alors comment éviter de payer d’importants frais bancaires liés aux découverts? Serge Maître suggère quatre pistes :

Veillez à avoir un accord écrit sur la durée et le montant du plafond du découvert. La loi limite cette durée à trois mois, mais la plupart des contrats prévoient entre 15 jours et 3 semaines de délai pour revenir en-dessous du plafond. Il est possible de renégocier le plafond de découvert autorisé, au fil des années.

Si le plafond du découvert est insuffisant, n’hésitez pas à demander un crédit revolving. Attention toutefois à ce que cela ne devienne pas une habitude, ce qui serait dangereux.

Demandez à mettre en place un système d’alerte dès que le découvert dépasse le plafond. Cela est parfois proposé gratuitement dans certaines banques, dans le cadre de la convention de services groupés, qui inclut un package de base forfaitaire pour la gestion du compte courant.

Recourez à un agrégateur bancaire. Ce programme informatique permettra de déceler le niveau de fragilité du compte. Il est possible d’anticiper, en déterminant le moment où la personne risque de se retrouver à découvert. Cela est surtout utile aux personnes ayant plusieurs entrées d’argent chaque mois, ce qui peut être le cas sur un compte joint entre deux époux par exemple".

Adeline Raynal