BFM Business

La Société Générale envisagerait de supprimer jusqu'à 700 postes

La Société Générale mène actuellement un projet de réorganisation pour se recentrer sur ses métiers coeurs

La Société Générale mène actuellement un projet de réorganisation pour se recentrer sur ses métiers coeurs - -

Dans le cadre de son programme de réduction des coûts, la banque française pourrait supprimer 600 à 700 postes en France, indique ce vendredi 5 avril, l'agence Reuters. La banque de détail ne serait toutefois pas concernée.

La restructuration de la Société Générale devrait bien avoir un impact sur l'emploi en France. Selon l'agence Reuters, ce vendredi 5 avril, la banque française prévoirait de supprimer 600 à 700 postes dans l'Hexagone.

Selon trois sources syndicales citées par l'agence, la direction de la banque aurait présenté aux syndicats, mercredi 3 avril, différents projets de réorganisation qui évoquaient ces suppressions de postes.

Ces mêmes sources ont précisé que 50 à 100 postes pourraient être recréés, en dehors de la France, dans le cadre de ce projet.

Une autre source syndicale a fait savoir à l'AFP que la direction a "tracé les grandes lignes du projet" qui n'est toutefois "pas finalisé".

Pas de "départs contraints"

Dans un communiqué, la Société Générale indique de son côté qu'"il est prématuré de communiquer précisément sur les projets de réorganisation à l'étude".

Toutefois, la banque précise que "dans les cas où les réorganisations auraient des conséquences sur l'emploi en France, le groupe s’est engagé à recourir prioritairement à la mobilité interne et aux départs volontaires si nécessaire, en s’appuyant sur les mesures d‘aides prévues, mais sans départ contraint".

L'entreprise dirigée par Frédéric Oudéa, rappelle avoir signé un accord sur la gestion prévisionnelles de l'emploi et des compétences, avec cinq syndicats, en février dernier. Ce dernier texte doit "anticiper et accompagner les adaptations en favorisant le dialogue social".

La banque de détail n'est pas concernée

La banque de la Défense avait annoncé, lors de la publication de ses résultats annuels,en février dernier, plancher sur une réorganisation qui doit lui permettre, d'ici à 2015, de réduire ses coûts et de se recentrer sur ses métiers coeurs.

Des fusions de différentes fonctions sont ainsi à l'étude, notamment au niveau de la banque de financement et d'investissement, qui pourrait être rapprochée avec la Banque privée et la gestion d'actifs. L'établissement précise toutefois que la banque de détail ne devrait pas être touchée par cette réorganisation.

A lire également:

> Les banques vont-elles fermer des guichets?

J.M. avec agences