BFM Business

La Bourse clôture dans le rouge (-0,80%), après une semaine dominée par les doutes

Le CAC40 a perdu plus de 3% sur l'ensemble de la semaine.

Le CAC40 a perdu plus de 3% sur l'ensemble de la semaine. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le CAC40 a perdu 0,80% ce vendredi 14 mars, clôturant une semaine marquée par les incertitudes sur l'Ukraine et la Chine. Du côté des valeurs, la Bourse a, cette semaine, arbitré le match Bouygues-Numericable pour racheter SFR.

Mauvaise semaine pour le CAC40. Ce vendredi 14 mars, l'indice phare de la Bourse parisienne a clôturé dans le rouge de 0,80% à 4.216 points. Sur l'ensemble de la semaine, il s'inscrit en baisse de 3,40%.

Globalement, le marché parisien a été pénalisé par la prudence des investisseurs face à plusieurs risques. Les mauvaises statistiques chinoises, avec notamment la publication d'un déficit commercial surprise au mois de février et d'une production industrielle au plus bas en cinq ans, ont clairement grippé la place parisienne. De même, le marché a préféré éviter de prendre des risques, en guettant la situation ukrainienne, alors qu'un référendum en Crimée aura lieu dimanche.

"Dans ce contexte géopolitique, il est clair que le marché n'est pas acheteur" a commenté dans Intégrale Bourse, Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse. "Tout ce qui se passe sur la frontière orientale de l'Ukraine, les conséquences et les menaces économiques" pèsent sur la tendance, a-t-il ajouté.

Ainsi après avoir légèrement résisté lundi (+0,10%), le CAC a enchaîné, de mardi à vendredi quatre séances consécutives de baisse.

Le match Bouygues Numericable

Du côté des valeurs, on retiendra surtout que la Bourse de Paris a passé la semaine à compter les points dans le match qui a opposé Bouygues à Numericable pour racheter SFR, la filiale télécom de Vivendi.

Au final, Numericable, côté hors CAC40, a été choisi, et termine ainsi en forte hausse ce vendredi (+11,7%).

A l'inverse, le perdant Bouygues a logiquement chuté (-2,93%) de même qu'Iliad (-4,07%), la maison-mère de Free qui aurait récupéré le réseau de Bouygues Telecom si ce dernier avait réussi à racheter SFR. De son côté, Vivendi a fini sur une note neutre (+0,15%).

Julien Marion