BFM Business

La Belgique pourrait céder 10,28% de BNP Paribas

La Belgique pourrait céder ses parts dans BNP Paribas

La Belgique pourrait céder ses parts dans BNP Paribas - -

L'Etat doit trouver 2 milliards d'euros pour réduire son endettement. Vendre sa participation dans la banque française pourrait être une solution.

L'Etat belge va-t-il se désengager complètement de BNP Paribas? Il réfléchirait à la cession de tout ou partir de sa participation de 10,28% dans la banque, selon la presse locale ce mercredi 18 septembre.

Afin de respecter l'objectif de ramener son endettement sous la barre des 100% du PIB - à ce stade il est parti pour s'établir à 100,5% d'ici la fin de l'année - le ministre belge du budget, Olivier Chastel, a affirmé la semaine dernière que la Belgique devait lever entre 1,8 et 2 milliards d'euros. Selon les quotidiens économiques de Tijd et l'Echo, une cession de quelque 3% de BNP Paribas suffirait à lever la somme nécessaire.

Négociations difficiles

La Belgique avait racheté 10,3% de BNP Paribas et 25% de BNP Paribas Fortis, la filiale belge du groupe, à la suite du sauvetage du groupe financier Fortis, au plus fort de la crise financière de 2007-2009.

Selon le quotidien, Bruxelles pourrait également vendre ses 25% dans BNP Paribas Fortis. "Le problème, ici, c'est que l'État ne pourrait négocier qu'avec un seul acquéreur potentiel, à savoir BNP Paribas. Ce n'est évidemment pas la posture de négociation idéale", note L'Echo.

Diane Lacaze avec Reuters