BFM Business

La Banque centrale européenne s'invite à Paris

Mario Draghi, ici en Lettonie, le 12 septembre dernier.

Mario Draghi, ici en Lettonie, le 12 septembre dernier. - -

La BCE tient, ce mercredi 2 octobre, sa conférence mensuelle dans la capitale française, pour la troisième fois depuis 2000. Son président Mario Draghi s'était déjà rendu à Paris en juin dernier.

Une nouvelle fois les marchés auront les yeux rivés sur Mario Draghi. Le président de la Banque centrale européenne tient, en effet, sa conférence mensuelle ce mercredi 2 octobre.

Il devrait temporiser l'action de son institution en maintenant les taux de la BCE inchangé et affirmer que la reprise économique dans la zone euro reste "fragile", comme il l'avait déjà déclaré lors de la précédente réunion.

Cette conférence n'en demeure pas moins exceptionnelle à deux égards. Tout d'abord, elle a lieu un mercredi, et non le premier jeudi du mois comme à l'accoutumée. Ensuite, Mario Draghi ne s'exprimera pas depuis Francfort, mais à Paris, à la Banque de France.

Un conférence "délocalisée"

Deux fois par ans, la BCE "délocalise" sa conférence dans un pays de la zone euro. En mai dernier, Mario Draghi avait ainsi annoncé la baisse de son taux directeur à 0,50% depuis Bratislava, en Slovaquie. Et la BCE avait déjà posé ses bagages en 2000 et 2006 dans la capitale française.

Son président, lui, revient à Paris, à peine quatre mois après sa précédente visite. Le 26 juin dernier, il avait accepté l'invitation des députés français, en se rendant à une audition parlementaire. Il avait alors défendu l'action de la BCE, répondant aux critiques de plusieurs élus.

Le président de la BCE avait alors rompu avec son prédécesseur, Jean-Claude Trichet. "Parler devant les parlements nationaux est quelque chose que Jean-Claude Trichet n'aurait probablement pas fait. Car cela peut s’avérer risqué : la BCE représente 17 pays, pourquoi, dans ce cas, s'exprimer devant un Parlement plutôt qu'un autre?", explique Frederik Ducrozet, économiste zone euro au Crédit Agricole CIB.

Draghi "le pragmatique"

Un changement parmi de nombreux autres. Depuis son arrivée, fin 2011, à la BCE, Mario Draghi a imposé un style différent de celui du Français.

"Mario Draghi recherche davantage le consensus que Trichet, il écoute tout le monde puis tranche à la fin", observe Frederik Ducrozet. "Trichet se définissait lui-même comme le capitaine d'une équipe de football, c'est moins le cas de Mario Draghi qui laisse les désaccords s'exprimer plus librement", poursuit-il.

Une différence également sur le fonds. Jean-Claude Trichet martelait sans cesse que "la BCE n'a qu'un mandat, l'inflation". Mario Draghi maintient, lui aussi, que l'objectif premier de la BCE est la stabilité des prix.

Mais, dans ses analyses, il cite davantage de facteurs structurels, comme le chômage,ou financiers (liquidité, taux de change) que ne le faisait Trichet." 'Pragmatique', c'est vraiment le mot qui convient le mieux pour définir Mario Draghi", conclut Frederik Ducrozet.

>> BFM Business organisera une émission spéciale dès 14 heures.

>> Suivez en direct la conférence de Mario Draghi sur BFM Business à 14h30

Julien Marion