BFM Business

Jambes, pouces, seins: ces assurances insolites des stars

Les jambes de Taylor Swift valent 25 fois moins que celles de Mariah Carey

Les jambes de Taylor Swift valent 25 fois moins que celles de Mariah Carey - Christopher Polk- Getty Images

Taylor Swift aurait fait assurer ses jambes pour 40 millions de dollars, selon la presse britannique. La jolie chanteuse américaine rejoint ainsi la longue liste des célébrités qui ont eu recours aux spécialistes de la finance pour protéger différentes parties de leurs corps.

Saviez-vous que les jambes de Taylor Swift valent 25 fois moins que celles de Mariah Carey? La jeune chanteuse américaine non plus visiblement. Selon le Daily Mail, Taylor Swift aurait découvert, en signant son contrat d'assurance, que ses gambettes (ou plutôt la prime d'assurance) valaient 40 millions de dollars.

Or la chanteuse estimait ses jambes à "seulement" un million d'euros. Mais cela reste bien peu de chose comparé à Mariah Carey, qui avait elle fait assurer la même partie de son corps pour la modique somme de 1 milliard de dollars, en 2006, lors d'une campagne de publicité pour la marque Gillette.

Des exemples logiques et...moins

Deux exemples qui ne font qu'illustrer une tendance assez répandue chez les stars: protéger leur gagne-pain, c'est-à-dire leurs corps. Cela est plus particulièrement vrai pour les sportifs. On ne s’étonnera donc pas de voir David Beckham assurer son corps pour près de 200 millions de dollars, ou le pilote de F1 Fernando Alonso ses pouces pour 14 millions de dollars.

Il y a de quoi être un peu plus dubitatif sur le cas de David Lee Roth, le chanteur du groupe Van Halen ("Jump"). Celui-ci a assuré son liquide séminal pour un million de dollars. La raison? L'artiste craignait qu'une groupie d'un soir débarque un jour en lui annonçant une grossesse impromptue.

Dans le cas où cet "incident" serait survenu, l'assureur aurait versé 1 million de dollars à David Lee Roth pour couvrir les frais de sa paternité non souhaitée.

Lloyds à toutes les sauces

Par ailleurs une constante au niveau de ces assurances un peu particulières: la présence de l’assureur britannique Lloyds, qui s’est spécialisé dans les contrats les plus loufoques.

Et pas seulement pour les stars. En 1971, le producteur de whisky Cutty Sark eut l’idée de s’assurer un bon gros coup de publicité en offrant une récompense d’ 1 million de livres à la personne qui capturerait le monstre du Loch Ness. La société a ensuite assuré le paiement de la récompense auprès de Lloyds Banking, en échange d’une prime de 2.500 livres. En ne tenant pas compte de la prime de risque (qu’on imagine ici assez faible), on en déduit que l’assureur tablait sur une probabilité de 0,25% de chances de voir la bête découverte.

Mais Lloyds ne s’est pas arrêté là: le groupe a assuré les compagnies de cinéma contre le décès d’un acteur pour cause de fou rire ou encore contre le risque qu’une des actrices tombe amoureuse durant le tournage et se marie. Pour sortir du cinéma, Lloyds assure également les tournois de golf: les organisateurs offrent souvent de gracieuses récompenses pour les concurrents qui réussissent un trou en un coup. Cette récompense est donc couverte auprès de Lloyds

J.M.