BFM Business

INFO RMC – Ces cartes bancaires « double option » que les banques nous imposent

Au moins deux établissements bancaires imposent les cartes double option à leurs clients.

Au moins deux établissements bancaires imposent les cartes double option à leurs clients. - -

Les banques évoluent et leurs cartes de retraits aussi. Dernière nouveauté : les cartes double options qui vous permettent de payer comptant ou à crédit avec un taux pouvant atteindre 19%. Un hic pourtant : plusieurs banques les imposent à leurs clients.

Retirer de l’argent au distributeur ou payer ses courses peut parfois vous coûter plus cher que le montant retiré ou la facture reçue. En effet, les cartes double option, permettent soit de payer comptant, comme pour une carte classique, soit de payer à crédit. Un crédit revolving dont le taux peut atteindre jusqu'à 19% ! Jusqu’ici rien d’affolant même si le taux du crédit est très important. Le souci, c’est quand ces cartes sont imposées aux clients lors du renouvellement de leurs moyens de paiement. Une pratique tout à fait illégale à laquelle se livre pourtant la Caisse d'Epargne et le Crédit Agricole. C'est illégal car le consentement écrit du client est obligatoire pour souscrire une telle carte. La banque a également obligation d'informer ses clients sur les conditions et surtout les risques de ces crédits (loi Lagarde 2010).

Combler le manque à gagner de la loi Lagarde

Pourtant, l'UFC - Que Choisir reçoit de plus en plus de courriers de consommateurs dénonçant cette pratique. Même chose du côté de l'AFUB, l'association française des usagers des banques. Selon ces associations de consommateurs, les banques utilisent aujourd'hui ces cartes pour combler le manque à gagner depuis l'application de la Loi Largade fin 2010. Une loi qui freine l'octroi de crédit revolving dans les grandes enseignes. Un manque à gagner pour les établissements bancaires.

« Refiler du crédit renouvelable à tous ses clients c'est dangereux »

Maxime Chipoy est chargé de mission à l'UFC Que Choisir. Depuis le début de l'année, les associations de consommateurs reçoivent de plus en plus de courriers, d'appels de clients de banques (surtout Crédit Agricole, et Caisse Epargne) qui se sont vu attribués cette carte sans l'avoir demandé. « Dans certains réseaux, explique ce spécialiste, ça devient la carte de base puisque dès qu’une carte expire elle est remplacée par des cartes avec option crédit. Refiler comme ça du crédit renouvelable à tous les clients sans les en informer et sans expliquer comment cela fonctionne, c’est très dangereux et c’est une bombe à retardement pour le surendettement dans les années à venir. La loi Lagarde de 2010 restreint beaucoup le crédit revolving en magasin. Et donc c’est la loi Lagarde qui incite directement les banques à essayer de vendre directement le crédit renouvelable à leurs clients alors qu’avant ils passaient par leurs filiales, des établissements de crédit ».

« On m'a dit que la carte était obligatoire »

Jérôme lui est client à la Caisse d’Epargne et, en effet, il n’a pas eu le choix pour cette carte double option. Elle lui a bien été imposée par son banquier. « Je suis arrivé à la caisse d’Epargne, on m’a donné cette carte. On m’a dit que la carte était obligatoire, qu’on ne risquait pas de se tromper. On peut soit payer comptant, soit payer à crédit. Ils ont trouvé le moyen de me pousser à la faute le jour où je ne ferai pas attention pour me faire prendre un crédit. Sur Internet quand je vais voir mes comptes, il y a une nouvelle ligne affichée comme mon compte courant et qui concerne les fameux 1000 euros de crédit donc je dispose. Mais, ils sont indiqués vraiment comme s’ils m’appartenaient ».

Le titre de l'encadré ici

|||>> Cartes «double option»: utiles ou dangereuses?

La rédaction