BFM Business

HSBC ferme les comptes d'ambassades britanniques

La banque HSBC va arrêter la gestion des comptes de certaines ambassades.

La banque HSBC va arrêter la gestion des comptes de certaines ambassades. - -

La banque a annoncé qu’elle arrêtait la gestion des comptes d’une quarantaine d’ambassades et consulats britanniques. Ces derniers sont jugés trop peu rentables et sont de potentielles sources d’argent sale.

HSBC, qui a vu son bénéfice net bondir de 22% au premier semestre à plus de dix milliards de dollars, a créé la surprise le week-end dernier au sein du milieu diplomatique britannique.

La banque a en effet annoncé qu’elle cessait de gérer les comptes de plus de 40 ambassades et consulats, en leur donnant 60 jours pour retirer leur argent. Comment la banque en est-elle arrivée là?

Des clients trop peu rentables

Une ambassade, cela fonctionne comme une entreprise. Elle a besoin d’une banque non seulement pour encaisser l’argent des visas et des passeports, mais aussi pour payer les salaires et les factures.

C’est ce qui a amené HSBC à lâcher ses ambassades: elles ne seraient pas suffisamment rentables à ses yeux. L'établissement financier soumet tous ses clients, sans exception, à une évaluation très précise de leurs potentiels économiques, et de leur rentabilité.

D'éventuels problèmes d'argent sale

Une autre explication serait à chercher du côté de soupçons de corruption, après une lourde amende de près deux milliards de dollars aux Etats-Unis l'an dernier. La banque était alors accusée de complicité de blanchiment au profit de trafiquants et de terroristes !

HSBC surveille depuis de très près toutes les activités dont les revenus pourraient provenir de l'argent sale. Or, du fait de l’immunité dont jouissent les services diplomatiques, certains comptes pourraient servir à abriter des opérations illégales.

Voilà donc une façon sans détour de se prémunir contre tout risque provenant des ambassades.

Mathieu Nardone