BFM Business

Exclusif: "L'affaire Kerviel" du Crédit Agricole

Le Crédit Agricole est passé à deux doigts d'une "affaire Kerviel", en 2007.

Le Crédit Agricole est passé à deux doigts d'une "affaire Kerviel", en 2007. - -

En 2007, la banque française a frôlé la catastrophe. Selon les informations de BFM Business, un trader avait en effet engagé 40 milliards de dollars, ce qui aurait pu provoquer un scandale similaire à l'affaire Kerviel. Mais le Crédit Agricole a réussi à garder l'affaire secrète.

Six mois avant l'affaire Kerviel à la Société Générale, le Crédit Agricole, lui aussi, avait été confronté à une situation explosive à cause d'un trader. Ce dernier avait pris des positions pour des montants comparables à Jérome Kerviel. Mais elles ont été débouclées avec moins de difficultés...

C'était en aout 2007. A l'époque l'affaire avait été révélée, mais son ampleur était passée quasiment inaperçue, alors que le trader avait joué 40 milliards de dollars !

Ensuite, tout s'est passé à peu près comme à la Société Générale. La position a été débouclé dans le plus grand secret. Quelques personnes seulement ont été informées.

Le patron de la banque de financement et d'investissement s'est lui-même remis à un poste de trading, assisté d'un trader, pour liquider les positions. Ce qui fut fait en l'espace de 10 jours.

Ensuite, l'ensemble des supérieurs hiérarchiques de ce trader, qui était basé aux Etats-Unis, ont été licenciés.

Des pertes de 250 millions de dollars

La comparaison avec l'affaire Kerviel s'arrete là:

- le trader du Crédit Agricole n'avait pas dissimulé ses positions

- il jouait sur des produits dérivés complexes, sur lesquels les risques se neutralisent, ce qui rendait sa position globale moins risquée

- les marchés étaient beaucoup plus calmes.

En août 2007, on découvrait tout juste les subprimes alors qu'en janvier 2008, au moment où il a fallu déboucler les opérations de Jérome Kerviel, on était en plein dedans... C'est ce qui a permis au Crédit Agricole de contenir la perte à 250 millions de dollars.

Caroline Morisseau