BFM Business

Brexit: Valls veut faire venir l'autorité bancaire européenne à La Défense

Manuel Valls y voit une opportunité de renforcer l'attractivité de la place financière de Paris

Manuel Valls y voit une opportunité de renforcer l'attractivité de la place financière de Paris - Philippe Lopez - AFP

Le Premier ministre a envoyé un courrier au président du conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devdejian, pour l'assurer de son soutien, révèlent les Échos ce mardi 19 octobre. Manuel Valls y "voit un atout supplémentaire pour l'attractivité de la place financière de Paris".

Où va atterrir l'autorité bancaire européenne (ABE), le gendarme européen des banques? Avec le Brexit et la prochaine sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, cette autorité n'a en effet plus lieu de siéger à Londres, comme c'est actuellement le cas.

Le Premier ministre Manuel Valls espère en tout cas que l'ABE va poser ses valises à La Défense. Comme le révèlent les Échos ce mardi 19 octobre, le chef du gouvernement a envoyé une lettre au président LR du conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, pour l'assurer de tout son soutien dans cette démarche.

Manuel Valls considère en effet que la venue de l'autorité dans le célèbre quartier des affaires de la métropole parisienne "pourrait représenter un atout supplémentaire pour l'attractivité de la place financière de Paris". 

Frogs and Fog

Selon le quotidien économique, Paris tient pour le moment légèrement la corde face à l'autre grande place financière européenne, Francfort. Notamment parce que la ville allemande abrite déjà la Banque centrale européenne, l'Autorité européenne des assurances et pensions professionnelles et le Comité européen du risque systémique. La venue de l'ABE en Allemagne aurait donc pour effet d'enquiller un peu plus les institutions financières présentes dans la ville. D'autres grandes métropoles (Dublin, Milan) sont néanmoins sur les rangs.

Paris compte en tout cas bien profiter des dégâts causés par le Brexit pour renforcer son statut de place financière européenne. Lundi, La Défense a ainsi lancé lundi une campagne de communication drôle et décalée pour attirer les cadres de la City. L'affiche propose aux talents fatigués du "fog" ("le brouillard", omniprésent à Londres) de "Try the frogs", c'est-à-dire "essayer les grenouilles", les Britanniques assimilant les Français aux batraciens, se moquant ainsi de notre habitude de manger les cuisses de grenouille.

Par ailleurs, une bataille similaire a lieu pour accueillir l'agence européenne du médicament, elle aussi basée à Londres. En dehors de la France, l'Italie, l'Espagne ou encore le Danemark se sont portés candidats.

J.M.