BFM Business

Baudouin Prot va quitter BNP Paribas

Baudoin Prot était devenu président de BNP Paribas en décembre 2011

Baudoin Prot était devenu président de BNP Paribas en décembre 2011 - Eric Piermont - AFP

Le départ de l'actuel président de la banque devrait être entériné vendredi 26 septembre, selon des sources proches du dossier. Son mandat courait jusqu'en 2017.

Une importante page de l'histoire de BNP Paribas va se tourner. Baudouin Prot, figure emblématique de la banque, va quitter la présidence de la banque française près de trois mois après l'amende de près de 9 milliards de dollars infligée à l'établissement aux Etats-Unis pour violations d'embargos.

Baudouin Prot, 63 ans, a informé le conseil d'administration de son départ, ont indiqué plusieurs sources proches du dossier.

Ce même conseil d'administration doit se réunir vendredi 26 septembre pour entériner cette décision.

Dans la forme, Baudouin Prot va remettre officiellement sa démission au conseil qui l'acceptera, selon les sources qui ont requis l'anonymat.

Son départ devrait être effectif au 1er décembre, selon deux sources, soit trois ans avant la fin de son mandat.

Baudoin Prot avait en effet été reconduit en mai à son poste jusqu'en 2017 lors de l'assemblée générale des actionnaires. Il avait accédé à la fonction de président de la banque depuis le 1er décembre 2011.

Un départ évoqué dès l'été

Sa démission a été présentée mardi au comité de gouvernement d'entreprise et des nominations du groupe, une instance de gouvernance interne.

Jean Lemierre, 64 ans, son proche conseiller qui a négocié l'accord avec les autorités américaines, est pressenti pour le remplacer.

Le départ de Baudoin Prot avait été évoqué en plein milieu de l'affaire de violations d'embargos qui a écorné la réputation de la banque.

Cet énarque et inspecteur des finances a été directeur général de l'établissement financier de 2003 à 2011, période au cours de laquelle la banque a enfreint la loi américaine en effectuant des paiements en dollars vers des pays (Cuba, Soudan et Iran) sous embargo.

Ces infractions ont valu à BNP Paribas de lourdes sanctions aux Etats-Unis, dont une amende record de 8,9 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros).

J.M. et M. K. avec AFP