BFM Business

Banques françaises : « La performance globale est relativement bonne »

En dépit de l’environnement de taux bas, les banques françaises ont plutôt bien résisté au deuxième trimestre. Olivier Panis, analyste senior chez Moody's, était l’invité de Good Morning Business.

BNP Paribas et Société Générale ont annoncé des résultats supérieurs aux attentes. Crédit Agricole a présenté des résultats en forte baisse mais en ligne avec les attentes. Olivier Panis, analyste senior chez Moody's, est revenu sur les performances des banques françaises sur le plateau de BFM Business.

La faiblesse des taux d’intérêt, une mauvaise nouvelle pour les banques ? « La rentabilité du crédit diminue, ce qui explique par exemple la différence de profitabilité entre les banques européennes, avec des taux très bas, et les banques américaines, avec des taux qui ont augmenté jusqu’à très récemment […]. La BCE a annoncé qu’elle pensait rester dans cette situation, voire baisser encore les taux, au moins jusqu’à l’été 2020. [Je ne pense pas que ce soit catastrophique] dans le court-moyen terme, parce que les banques ont établi des plans de transformation de manière assez adaptée à la persistance de ces taux bas », souligne-t-il.

Dans ce contexte, les banques françaises ont plutôt bien résisté. « La performance globale est relativement bonne. Il n’y a pas de catastrophe imminente. Les banques françaises ont augmenté leurs capitalisations, et c’est une bonne chose, notamment pour Société Générale et BNP Paribas qui avaient des ratios de capitalisation inférieurs aux autres banques françaises. Le coût du risque reste très faible, même s’il y a une augmentation on savait que le point bas avait probablement été atteint au milieu de l’année 2018. Les banques maîtrisent bien leurs coûts, ce qui est un des aspects principaux pour s’adapter à l’environnement de taux bas », observe Olivier Panis.

La rédaction