BFM Business

Banques: «C'est encore nous qui allons trinquer !»

-

- - -

Incapable d'honorer ses créances, la Grèce devrait obtenir l'annulation de la moitié de sa dette. Qu'adviendra-t-il des banques - Françaises notamment - à qui le pays doit de l'argent ? «Elles vont nous faire trinquer !», prédit Serge Maitre (AFUB).

C'est l'Association Française des Usagers des Banques (AFUB) qui tire la sonnette d'alarme. Selon elle, le nouveau plan européen qui consisterait à effacer la moitié de la dette grecque va toucher directement les Français. En effet, les grandes banques de l'Hexagone détiennent, pour beaucoup, des créances en Grèce. Une partie ne leur serait ainsi pas remboursée.

«Les dindons d'une mauvaise farce financière»

Où vont-elles récupérer cet argent perdu ? En se recapitalisant elles-mêmes ou en se faisant aider, en dernier ressort, par le Fonds européen de solidarité financière (FESF), a dit Nicolas Sarkozy. Mais Serge Maitre, président de l'AFUB, craint autre chose: « Que les banques se rattrapent sur les clients. Premièrement par une réduction du crédit, certaines l'ont déjà annoncé parce qu'elles n'ont plus assez d'argent. Le deuxième point, c'est la tarification bancaire: nous voyons déjà depuis plusieurs mois de nouveaux tarifs être créés. Des commissions de suivi, de tenue de comptes... Elles commencent à fleurir dans beaucoup d'établissements. C'est encore nous qui allons trinquer, comme les dindons d'une mauvaise farce financière !».