BFM Business

Banques: à qui le tour après BNP Paribas?

BNP Paribas pourrrait ne pas être la seule banque française à être sanctionnée par les Etats-Unis.

BNP Paribas pourrrait ne pas être la seule banque française à être sanctionnée par les Etats-Unis. - -

Au moins quatre établissements sont dans le collimateur pour des faits similaires à ceux qui ont conduit BNP Paribas à écoper de l'amende de 8,8 milliards de dollars selon Reuters, ce mardi 1er juillet. C'est le cas de Crédit Agricole et Société Générale.

Crucifiée par la justice américaine avec une amende de 8,83 milliards de dollars, BNP Paribas risque bien de ne pas être la seule banque à être sanctionnée pour avoir violé des embargos américains.

Selon Reuters ce mardi 1er juillet, plusieurs autres établissements seraient dans l'œil du cyclone. L'agence, qui cite à la fois des sources proches du dossier et des documents officiels, rapporte que quatre autres banques pourraient être inquiétées: Crédit Agricole, Société Générale, Deutsche Bank et Banamex, la division mexicaine de Citigroup.

Des audits menés chez Crédit Agricole et Société Générale

Reuters cite notamment une source indiquant que le département de la Justice américaine mène des investigations pour savoir Crédit Agricole et Société Générale ont violé l'embargo imposé par les Etats-Unis sur le Soudan, Cuba et l'Iran. Soit exactement ce qu'a fait BNP Paribas.

L'agence rappelle que les deux banques ont déjà fait savoir qu'elles mènent toutes les deux un audit interne concernant des transactions passées pour savoir si l'embargo américain a effectivement été contourné.

"Nous avons mené en interne une revue des paiements en dollars depuis de nombreuses années. Nous n'avons pas d'idée sur l'issue qui sera donnée" à cette opération, expliquait Jean-Paul Chifflet, directeur général de Crédit Agricole le 21 mai dernier sur BFM Business.

Lundi soir, Eric Holder, le procureur général des Etats-Unis, avait déclaré que les sanctions prononcées à l'égard de BNP Paribas servent d'avertissement aux banques étrangères. "Elles doivent savoir qu'elles seront sanctionnées très fort pour ce type d'agissement", a-t-il ajouté.

J.M.