BFM Business

30 milliards d'exportations en plus pour les entreprises en 2015

La demande adressée à la France augmenterait notamment en Allemagne.

La demande adressée à la France augmenterait notamment en Allemagne. - Nelson Almeida

Selon un baromètre Euler Hermès publié ce lundi 6 octobre, le potentiel d'exportation pour les entreprises françaises augmenterait de 30 milliards d'euros l'an prochain, notamment grâce à l'Allemagne.

En ces temps où la croissance a tendance à fuir l'Hexagone, Euler Hermès invite les entreprises tricolores à regarder hors de nos frontières.

Selon un baromètre publié ce lundi 6 octobre par l'entreprise spécialisée dans l'assurance-crédit, 30 milliards d'euros d'exportations potentielles en plus attendront les entreprises françaises l'an prochain.

"D’après les estimations de croissance dans les pays partenaires, la demande supplémentaire adressée à la France devrait connaître une nouvelle hausse, passant de 15 milliards d’euros en 2014 à 30 milliards en 2015", explique la société dans cette étude.

En fait, cette hausse de la demande vient surtout des partenaires commerciaux "traditionnels" de la France, l'Allemagne en tête, avec une augmentation de 4,4 milliards d'euros l'an prochain.

La chute de l'euro

"La demande est plutôt à côté de chez nous", observe Ludovic Subran chef économiste d'Euler Hermes. "Pourquoi? Parce que le modèle des pays émergents arrive à bout: on voit une stagnation de la croissance en Chine, un problème de politique monétaire en Inde" et "en Europe émergente la crise russe va avoir un impact en terme de PIB", complète-t-il.

Autre facteur important qui expliquerait ces meilleures perspectives à l'étranger: la baisse de l'euro. Ainsi, sur les 30 milliards d'euros d'exportations potentielles en plus en 2015, 11 milliards proviendraient d'un euro moins fort, selon Euler Hermès.

Ces perspectives se reflètent également dans les résultats de l'enquête menée par Euler Hermès auprès de 826 PME et ETI exportatrices. 83% d'entre elles envisagent ainsi d'augmenter leur chiffre d'affaires à l'étranger. 

Ces entreprises "veulent trouver de nouveaux clients au grand export sans pour autant enclencher une dynamique d'investissement. Elle restent lucides quant aux risques encourus", commente Euler Hermès.

J.M. avec BFM Business