BFM Business

En pleine crise du coronavirus, le Royaume-Uni augmente fortement son smic

Boris Johnson

Boris Johnson - TOLGA AKMEN / AFP

Malgré l'épidémie de coronavirus, le gouvernement de Boris Johnson a tenu sa promesse d'augmenter le salaire minimum outre-Manche. Il atteint désormais 8,72 livres brut, soit environ 60% du salaire médian.

Le gouvernement britannique assure qu’il s’agit de "la plus forte augmentation" jamais enregistrée. Mercredi, le salaire minimum au Royaume-Uni a été augmenté de 6,2% à 8,72 livres brut de l’heure, soit 9,94 euros. Il se rapproche ainsi du SMIC français fixé à 10,15 euros

Ce nouveau salaire minimum, qui représente une hausse de 930 livres (1062 euros) par an pour un salarié à temps plein, ne s'applique toutefois qu’aux personnes de plus de 25 ans. Car le Royaume-Uni applique des niveaux de salaire minimum différents en fonction des tranches d’âge. Même si les plus jeunes bénéficient eux aussi d’une augmentation. 

Ainsi, le salaire minimum pour les Britanniques âgés entre 21 et 24 ans atteint 8,20 livres (9,35 euros, +6,5%), 6,45 livres pour la tanche 18-20 ans (7,36 euros, +4,9%), 4,55 livres pour les moins de 18 ans (5,19 euros, +4,6%) et 4,15 livres pour les apprentis (4,73 euros, +6,4%). En France, le SMIC pour les travailleurs âgés de 17 ans est de 9,14 euros et de 8,12 pour les jeunes de 16 ans et moins. 

Une hausse maintenue malgré le coronavirus

Alors que le pays doit faire face à l’épidémie de coronavirus, les syndicats britanniques ont accueilli cette augmentation favorablement, indiquant qu’elle profitera à de nombreux travailleurs en première ligne dont les personnels soignants, les caissiers ou les agriculteurs. 

Ce n’était pourtant pas gagné. Le 25 mars, l’Institute for Fiscal Studies, l’un des principaux groupes de réflexion économique outre-Manche, exhortait le gouvernement à faire marche arrière, estimant que la hausse du salaire minimum pourrait contraindre les entreprises fragilisées par la crise sanitaire du coronavirus à licencier. 

Mais Boris Johnson, qui a fait de la hausse du salaire minimum l’un de ses principaux engagements en matière économique, n’a pas voulu reculer. Le Premier ministre britannique ne fait en réalité que suivre une trajectoire entamée en 2015 lorsque George Osborne, ex-chancelier de l’Echiquier, avait décidé d’une augmentation progressive des bas salaires pour faire face à l’explosion du nombre de travailleurs pauvres. Avec l’objectif que le salaire minimum atteigne 60% du salaire médian en 2020. 

10,50 livres en 2024?

D’ici 2024, Boris Johnson a promis de poursuivre l'effort en faisant passer le salaire minimum à 10,50 livres de l’heure. Un engagement qui pourrait cette fois être menacé. En effet, la Low Pay Commission, qui conseille le gouvernement sur cette thématique, a averti qu’un "frein d’urgence" pourrait être activé si l’épidémie de coronavirus fragilisait sérieusement l'économie britannique. 

"La pandémie de Covid-19 en cours représente clairement un ensemble de difficultés pour les travailleurs et les employeurs, et nous obligera à examiner si le frein d’urgence est nécessaire lors de nos prochains conseils au gouvernement", a déclaré Bryan Sanderson, le président de la Low Pay Commission. 
Paul Louis