BFM Business

Vous cherchez la perle rare? Faites confiance à vos salariés

Plutôt que de passer par des cabinets de recrutement, les entreprises ont de plus en plus recours à la cooptation. Une méthode qui consiste à faire appel au carnet d'adresses des salariés pour trouver le candidat idéal.

Petites ou grandes, de plus en plus d'entreprises font contribuer leur personnel lorsqu'elles procèdent à un recrutement. 39% d'entre elles ont déjà eu recours à la cooptation pour embaucher un de leurs cadres, selon une étude réalisée par l'Apec. Concrètement, quand un besoin est identifié pour renforcer un service, il s'agit de demander aux salariés s'ils n'auraient pas dans leur carnet d'adresses la perle rare correspondant au profil recherché.

Qui mieux que les collaborateurs, connaissant la culture d'entreprise, sont en mesure d'évaluer si le candidat est parfait pour le poste ? Personne ! C'est en tout cas ce que se sont dit Apple ou Amazon. Installées en Irlande, ces multinationales cherchent à attirer les talents de toute l'Europe. Et le label "approuvé par un salarié" leur permet de dénicher les profils les plus talentueux.

Des bonus pour les salariés qui ont joué le jeu

Cela permet surtout d'éviter les erreurs de casting. "Les salariés n'ont pas du tout envie de faire entrer un ami pénible dans leur bureau. Ils cherchent donc des gens qui partagent les valeurs de l'entreprise", explique Benoist Debay, associé chez Aneo. Dans cette entreprise de conseil de 200 salariés, un afterwork est organisé chaque mois, et chaque salarié est invité à amener des amis intéressés par l'entreprise. Aneo a d'ailleurs a choisi de recruter exclusivement à travers la cooptation.

En plus d'une meilleure fiabilité, ce mode de recrutement présente d'indéniables atouts financiers pour les entreprises, qui n'ont plus à se payer les services d'un chasseur de tête. Et les salariés aussi y trouvent un motif de satisfaction. Les sociétés offrent généralement des gratifications à ces "coopteurs". Ainsi, Apple offre au parrain 900 euros par salarié recruté et signé. Chez Amazon, c'est 750 euros et un Kindle. D'autres sociétés ont fait le choix d'accorder des jours de congés.

L.C. avec C.C.