BFM Business

Une bonne résolution: abolir les douceurs qu'on partage au bureau

En voulant faire plaisir à vos collègues, vous mettez à mal leur santé, font valoir les dentistes britanniques.

En voulant faire plaisir à vos collègues, vous mettez à mal leur santé, font valoir les dentistes britanniques. - Strecosa - CC

Partager entre collègues un gâteau fait maison ou bien des sucreries rapportées de son week-end permet de passer des bons moments et de renforcer la bonne entente entre collègues. La Faculté de chirurgie dentaire britannique ne voit pas cela du même œil.

Avoir un fan de pâtisserie dans l'open space, c'est un atout indéniable. C'est l'occasion d'avoir régulièrement au bureau son fameux fondant au chocolat, le gâteau aux pommes tiré d'une recette familiale ou bien en saison toutes sortes de clafoutis avec les fruits de son verger. Pour accompagner ces gâteaux, il y a aussi les douceurs ramenées par les collègues qui reviennent de week-ends. Sans compter les pots organisés par l'entreprise pour fêter la galette des rois, la Chandeleur….

Toutes ces dégustations sont l'occasion de passer des bons moments de convivialité et de renforcer les liens entre collègues. Mais pour les dentistes, ces pauses sucrées sont une calamité. A tel point que la Faculté de chirurgie dentaire du Royaume-Uni a appelé les salariés à réduire leur consommation de gâteaux et de biscuits sur leur lieu de travail, a relevé la BBC.

Les dentistes s'alarment des conséquences néfastes de ces sucreries sur la santé des salariés. Le professeur Nigel Hunt, doyen de la faculté de chirurgie dentaire au Collège royal de chirurgie d'Angleterre a lancé un mot d'ordre: prendre comme bonne résolution pour la nouvelle année de combattre la culture du gâteau et des sucreries dans les entreprises.

Tenir les douceurs éloignées des bureaux

"Bien que ces douceurs puissent être bien intentionnées, elles contribuent à l'épidémie actuelle d'obésité et à la mauvaise santé bucco-dentaire", a-t-il expliqué. Il a listé une série de consignes pour faire reculer la consommation des sucreries sur le lieu de travail, comme proposer des alternatives moins sucrées (sans toutefois préciser leur nature), réduire la part des portions, ou encore réserver ces gâteaux pour l'heure du déjeuner.

Autre astuce : tenir ces tentations éloignées des bureaux, afin d'éviter que les collègues se servent et se réservent sans y penser. En les conservant à la cafeteria par exemple, cela permettra aux collaborateurs les plus gourmands de multiplier les aller-retours et d'atteindre peut-être les 10.000 pas recommandés par l'OMS.

C.C.