BFM Business

Pourquoi les Français rêvent de travailler dans l'aéronautique

L'aéronautique remplit toutes les cases de l’employeur idéal.

L'aéronautique remplit toutes les cases de l’employeur idéal. - AFP-Noah-Seelam

"Les constructeurs avions et d’hélicoptères continuent de faire rêver les jeunes diplômés et les salariés français. A leurs yeux, c'est dans ce secteur qu'ils ont le plus de chances d'avoir un bon salaire, une bonne ambiance de travail et la sécurité de l’emploi."

Quel est le secteur d’activité qui fait le plus rêver les salariés? L’aéronautique, bien devant les médias, les producteurs de biens de consommation et même le secteur du luxe. Tel est le constat dressé par Randstad dans le cadre de sa 7ème étude sur la marque employeur, dévoilée cette semaine.

Depuis plusieurs années, ce secteur remplit toutes les cases de l’employeur idéal. Aux yeux des Français, les entreprises aéronautiques offrent les trois critères les plus importants pour choisir un employeur, à savoir: une bonne rémunération, une bonne ambiance de travail et la sécurité de l’emploi. Sur ce dernier point, l'aéronautique est même plus attractive que le secteur public!

Les critères évoluent avec la jeune génération

Toutefois, les lignes bougent. Les critères sont en train d’évoluer avec l’arrivée d’une nouvelle génération d’employés. Si le seniors privilégiaient le salaire et la sécurité de l’emploi, les juniors, eux, ne voient plus le monde du travail de cette manière.

Les jeunes talents recherchent des formations, des opportunités de carrière, des politiques de diversité et une entreprise avec des valeurs. Résultat: les 18/24 ans sont la seule classe d'âge à ne pas placer le secteur aéronautique en première place des entreprises qui les attirent. Ils leur préfèrent les entreprises qui produisent des biens de consommation.

Le nom des entreprises qui font le plus envie aux salariés Français sera connu jeudi 24 mars, à l’occasion d’une remise de prix organisée par le réseau d’agences d’intérim à l'hôtel Salomon de Rothschild, à Paris.

Laure Closier, édité par A.R.