BFM Business

Les Françaises appelées à arrêter le travail le 7 novembre à 16h34

À travail égal, une femme touche 15% de moins qu'un collègue masculin, en moyenne. À compter du 7 novembre, Les Glorieuses considèrent que les femmes travaillent bénévolement.

À travail égal, une femme touche 15% de moins qu'un collègue masculin, en moyenne. À compter du 7 novembre, Les Glorieuses considèrent que les femmes travaillent bénévolement. - Robyn Beck - AFP

Le mot d'ordre est lancé par Les Glorieuses. À partir de ce moment-là, ce collectif considère que les femmes travailleront "bénévolement" du fait de leur rémunération inférieure de 15% à celle de leurs homologues masculins, en moyenne.

Les Islandaises le font… pourquoi pas les Françaises? Le collectif Les Glorieuses a lancé un appel à la grève pour défendre l'égalité salariale entre les hommes et les femmes. Selon ses calculs, les Françaises travailleront bénévolement à partir du 7 novembre à 16h34, et ce jusqu'à la fin de l'année. "Si les femmes étaient payées comme les hommes, elles devraient, pour toucher le même salaire qu’aujourd’hui, s’arrêter de travailler à ce moment précis", explique le collectif. Les Glorieuses s'appuient sur les données d'Eurostat, qui a établi que les salaires des femmes étaient inférieurs de 15,1% à ceux de leurs homologues masculins. Les 38,2 jours ouvrés qui restent jusqu'à la fin de l'année matérialisent cette différence de salaires entre les deux sexes.

L'égalité salariale n'est pas une affaire de "bonnes femmes"

D'où leur idée d'appeler à cesser le travail. "Nous appelons les femmes, les hommes, les syndicats et les organisations féministes à rejoindre le mouvement du '7 novembre 16h34'”, indique le collectif, qui compte sur la multiplication d'événements et de manifestations pour faire de l’inégalité salariale une problématique politique centrale et non pas une affaire de "bonnes femmes". Pour le moment, 2.600 personnes se sont inscrites sur la page Facebook dédiée à l'événement.

L'objectif est ambitieux. Selon les conclusions d'un rapport du Forum économique mondial, les femmes gagneront autant que les hommes au niveau mondial dans 170 ans. Un chiffre qui marque un recul par rapport aux acquis obtenus ces dernières années. La France, elle, se classe à la 17ème place, la tête du classement étant monopolisée par les pays nordiques, Islande en tête.

C.C.