BFM Business

Les entreprises n'hésitent plus à surenchérir pour retenir le candidat idéal

La plus belle flambée des salaires concerne les SEO managers ayant entre 5 et 10 ans d'expérience, avec 27% de hausse par rapport à 2017.

La plus belle flambée des salaires concerne les SEO managers ayant entre 5 et 10 ans d'expérience, avec 27% de hausse par rapport à 2017. - Jarmoluk- CC

Plus de six entreprises sur dix trouvent plus compliqué qu'il y a cinq ans de recruter les profils de haut niveau, selon le cabinet Robert Half. Pour les postes très demandés dans le digital, l’informatique, la finance d’entreprise et la comptabilité, les candidats ont la main.

Avec le retour de la croissance, les entreprises renouent avec la création d'emplois. Mais elles ne sont plus en position de toute puissance. "Nous entrons dans une nouvelle phase: les candidats ont repris les commandes du marché du recrutement", affirme Olivier Gélis, directeur général de Robert Half France. Son étude sur les rémunérations 2018 met en avant les difficultés croissantes des entreprises pour trouver des candidats répondant à leurs exigences. Six sur dix trouvent que leur recrutement est plus compliqué, voire beaucoup plus compliqué, qu'il y a cinq ans lors de la crise. Pour attirer ces profils à la fois talentueux et hyper sollicités, les entreprises doivent travailler sur l'intérêt du poste, les perspectives de carrière mais aussi y mettre le prix. Quitte à surenchérir.

Les salaires dans les métiers de la finance d'entreprise et la comptabilité bénéficient de cette tendance. Par exemple, un responsable administratif et financier peut espérer décrocher un salaire compris entre 160.000 et 185.000 euros, soit une hausse de 5% par rapport aux prix du marché de 2017.

Le salaire d'un responsable de la Trésorerie grimpe de 7% (de 85.000 à 140.000 euros), celui d'un responsable de l'audit interne de 8% (75.000 à 120.000 euros), tout comme celui d'un directeur comptable (70.000 à 130.000 euros).

Davantage de profils gagnant plus de 100.000 euros

Les cadres oeuvrant dans le digital profitent également de l'état du marché. "Les candidats ont conscience de leur valeur sur le marché. Cela laisse donc moins de marge de manœuvre dans les négociations salariales", commente le cabinet Robert Half. Une tendance qui se manifeste par une densification des profils percevant plus de 100.000 euros.

Certaines fonctions peuvent s'attendre à décrocher un salaire en hausse de 10% par rapport à 2017. C'est le cas des chief digital officier ayant plus de 10 ans d'expérience, des traffic managers. La plus belle flambée des salaires touche les SEO managers ayant entre 5 et 10 ans d'expérience, avec 27% de hausse, et les Data Scientists débutants (+ 22%).

À l'inverse pour les fonctions RH, juridique, de l'assistanat ou du management de transition, même si les entreprises cherchent aussi des profils très pointus, elles ne sont pas encore prêtes à dégager des budgets conséquents.

C.C.