BFM Business

Journée de solidarité: combien va rapporter le lundi de Pentecôte?

Pour certains salariés, le lundi de Pentecôte est la journée de solidarité.

Pour certains salariés, le lundi de Pentecôte est la journée de solidarité. - Obsahokva Pixabay - CC

Ce lundi n'est pas un jour férié comme les autres puisque les entreprises peuvent demander à leurs salariés de venir travailler sans être payés au titre de la journée de solidarité. L'année dernière, ce sont près de 3 milliards qui ont pu être récoltés au profit des personnes âgées.

En ce lundi 1er juin, certains salariés continuent de profiter de leur week-end prolongé, alors que d'autres entament une nouvelle semaine de travail. Et malgré tout, ces employés ne percevront pas de salaire pour cette journée de travail.

Le lundi de Pentecôte a en effet un statut particulier. C'est en effet le jour choisi par de nombreuses entreprises pour s'acquitter de la journée de solidarité, créée en 2004 pour financer la dépendance. En effet, le gouvernement avait d'abord décrété que tout le monde devrait s'en acquitter lors du lundi de Pentecôte, mais en 2008 il a offert plus de souplesse aux entreprises. Les modalités d’accomplissement de cette journée sont fixées par accord d’entreprise ou par accord de branche. Ou à défaut, c'est l'employeur qui décide quelle sera la journée de solidarité, qui peut alors être un autre jour férié, prélevé sur le quota de RTT, fractionné au cours de l'année ou encore pris en charge par l'entreprise.

Les retraités aussi participent

Mais le principe est le même : cette journée de solidarité correspond à une journée de travail où les salariés ne sont pas rémunérés. Les entreprises reversent 0,3% de la masse salariale à la Caisse Nationale de Solidarité Autonomie (CNSA) qui gère la contribution de solidarité autonomie (CSA). Les revenus du capital, à l'exception de l'épargne populaire comme le livret A, sont également soumis à cette contribution à hauteur de 0,3%. Les retraités imposables participent aussi à cet effort au travers de la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA) qui correspond aussi à un prélèvement de 0,3% de leur pension. 

Pour cette année, la CNSA espère retirer 2,948 milliards d’euros de cette journée de solidarité. Dans le détail, 2,1319 milliards d’euros seront collectés auprès des salariés et 816,5 millions d’euros auprès des retraités. Depuis 2004, la CSA a rapporté 37 milliards d’euros et la CASA, depuis sa création en 2013, 5,7 milliards d’euros.

Ces fonds sont distribués dans diverses actions servant à améliorer les conditions de vie des personnes âgées ou handicapées. Les plus grosses sommes sont attribuées aux établissements et services médico-sociaux, pour assurer leur fonctionnement et leur modernisation. Ces contributions servent aussi à financer des ateliers collectifs sur le bien-vieillir ( travail sur l'équilibre, le sommeil ou la mémoire, aide à l’acquisition de matériel adapté…).

Une partie (6,5 millions d’euros) serviront à renforcer l’accompagnement des proches aidants de personnes en perte d’autonomie.

Coralie Cathelinais