BFM Business

Grève SNCF: quelques conseils aux salariés impactés

Êtes-vous en tort si vous arrivez en retard? Pouvez-vous demander à travailler chez vous? Votre employeur peut-il vous obliger à poser une RTT? Quelles sont les applications de covoiturage utilisables sur les trajets domicile-travail? Si vous vous posez ces questions, nous avons la réponse.

Le premier jour de grève à la SNCF s’annonce très suivi. Pour ceux qui utilisent le train pour venir travailler, ce mardi sera forcément compliqué. Pourtant, si vous êtes salarié, sachez que ce n’est pas une excuse pour arriver en retard. Si votre entreprise applique le code du travail à la lettre, vous risquez en effet une sanction, un blâme ou un avertissement.

En effet, la grève étant annoncée à l’avance, c’est à vous de prendre les dispositions pour arriver à l’heure. Cela dit, la plupart des employeurs sont compréhensifs et seuls les salariés qui sont systématiquement en retard risquent une sanction. En revanche, n’oubliez pas de prévenir votre hiérarchie dès que vous constatez que vous ne serez pas à l’heure. Et sachez enfin que si vous n’êtes pas au forfait jour, vous risquez une retenue sur votre salaire.

S'organiser pour télétravailler

Pour éviter tous ces inconvénients, vous avez aussi la possibilité de rester chez vous en prenant des congés ou des RTT. Au passage, rappelons que votre employeur, lui, ne peut pas vous obliger à poser un jour. Autre possibilité, si votre activité professionnelle le permet, vous pouvez aussi opter pour le télétravail.

Depuis les ordonnances Macron, un salarié qui veut exceptionnellement travailler chez lui ou dans un espace de coworking à côté de son domicile peut en faire la demande à sa hiérarchie juste par mail. Si l’employeur n’est pas d’accord, il doit motiver son refus. Et avec la grève, les arguments sont compliqués à trouver. Mais il y a une contrainte. Vous devez disposer d’un ordinateur et de vos dossiers pour travailler. Donc il faut l’avoir prévu à l’avance.

Tester des modes de transport alternatifs

Enfin, il y a le co-voiturage. Ce mardi va être un bon test grandeur nature. Puisque c’est la première fois qu’on a, d’un côté, une grève très suivie et de l’autre des acteurs du covoiturage très engagés. Avec même des pouvoirs publics qui favorisent cette alternative au train.

En Ile-de-France, vous avez huit applications dont les services seront gratuits pour ceux qui cherchent une voiture (Karos, Klaxit, iDVROOM, BlaBlaLines, Ouihop, Covivo, Citygoo et Covoit'ici).

Mais ce ne sont pas les seules. Vous avez aussi, Citygoo ou WayzUp et une application propre à la côte d’Azur, Wever. Le problème, c’est que l’offre reste inférieure à la demande. Il suffit de le tester pour s’en rendre compte. Autre souci, il y a peut-être trop d’applications différentes et il faudrait une appli pour centraliser toutes les offres. Enfin, la meilleure solution, reste peut-être de s’arranger entre collègues, comme on le faisait avant l’apparition des applis.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco