BFM Business

Faut-il continuer à s'investir alors qu'on s'apprête à quitter son poste?

Comme chaque lundi, BFM Business répond aux questions des internautes. Aujourd'hui, Arno nous interroge sur Twitter: "Je vais quitter mon poste dans 4 mois dans le cadre de la mobilité interne, faut-il que je continue à m'investir, à ouvrir de nouveaux dossiers clients par exemple?"

Tout d’abord, un rappel rapide de la législation en matière de départ d’un poste. Les salariés ont un préavis à effectuer, d’une durée variable, et ils sont tenus de le respecter, à moins d’en être dispensés par leur employeur. Arno ou tout salarié démissionnaire ne quittera donc pas son poste du jour au lendemain. Pendant cette période de transition, les obligations sont bipartites. L’employeur n’a, par exemple, pas le droit de vous placardiser ou de ne pas verser une augmentation prévue. Vous devez de votre côté continuer à assurer votre activité.

La question d'Arno sur Twitter va au-delà de cet aspect contractuel. Il se demande quel investissement fournir, sachant qu'il est difficile de rester motivé quand on est sur le départ. Comme Arno nous précise qu'il fait de la mobilité interne, il ne peut absolument pas se permettre de dire "après moi le déluge!".

Préparer la passation de pouvoir

Alors concrètement, que doit faire notre internaute de ses journées pendant les quatre mois qui lui restent à son poste?

La réponse des experts en management : les mettre à profit pour préparer sa transition. Sylvaine Pascual par exemple, coach et spécialiste des relations humaines au travail, est très claire dans son blog : il faut tenter au maximum de boucler ses dossiers et de transmettre ceux que l'on n'aura pas le temps de mener à leur terme. Faites un point sur qui-doit-savoir-quoi et planifiez le passage de relais avec soin.

"Assurez la passation des pouvoirs et informez votre successeur. Inutile de lui pourrir son intégration en faisant de la rétention d’informations ou en lui déroulant la litanie de vos petits et grands griefs. Présentez-lui ses futurs interlocuteurs internes et externes, facilitez son intégration, préparez-lui une liste de ses contacts, une présentation des dossiers etc", explique la coach.

Et pour les clients, faut-il continuer le démarchage ? Concentrez-vous sur votre coeur de métier, et laissez le soin à votre successeur de chercher de nouveaux marchés. En tant que client, être confié à un "partant" c'est dévalorisant.

Conclusion: plutôt que de chercher de nouveaux clients, préparez plutôt votre mail de départ. C'est l'un des points les plus importants pour quitter son job avec panache.

Laure Closier