BFM Business

De l'art de bien gérer les freelances

Les freelances sont volatiles et le marché du travail leur est favorable, les managers doivent donc les chouchouter pour garder les meilleurs d'entre eux.

Les freelances sont volatiles et le marché du travail leur est favorable, les managers doivent donc les chouchouter pour garder les meilleurs d'entre eux. - Hitesh0141- CC

Pour leur flexibilité, leurs compétences, leur rapidité d'exécution, et leur coût inférieur à un salarié, les freelances sont de plus en plus prisés par les entreprises. Mais attention, pour tirer le meilleur parti de leur travail, il convient de respecter quelques règles de management.

Quand une entreprise doit rapidement développer un projet ambitieux nécessitant des compétences pointues, elle se tourne souvent vers les freelances pour des questions de flexibilité. Ces experts indépendants sont opérationnels de suite, excellent dans la rapidité d'exécution et le respect des délais. Et leur coût horaire est moindre que celui d'un salarié en CDD ou CDI.

Une solution idéale donc. À condition de ne jamais oublier que l'encadrement des freelances requiert une approche différente. Or les managers n'en sont pas toujours conscients. Comet, une plateforme internet de mise en relation de "freelances technos", a listé les erreurs les plus courantes, qui peuvent porter atteinte à leurs performances et dans la foulée, freiner la mise en place des projets de l'entreprise.

> Se contenter d'une liste des tâches à accomplir

Le "backlog", autrement dit la liste des tâches et de fonctionnalités à réaliser, est un passage obligé à la conduite du projet. Mais ce n'est pas une finalité en soi. "Les meilleurs managers savent inspirer l’action chez leurs collaborateurs non pas en leur disant quoi faire, mais pourquoi le faire", soulignent les experts de Comet. Autrement dit, il faut que le freelance puisse comprendre les enjeux techniques et business du produit. C'est l'intérêt qu'il porte au projet et son implication qui assurera la réussite de sa mission.

> Se fier uniquement aux compétences du freelance

Son CV affiche toutes les compétences nécessaires à la conduite du projet. Mais cela ne suffira pas à assurer la réussite de sa mission. Il faut aussi se pencher sur son degré d'autonomie, sa réactivité, des atouts qu'il aura su acquérir et mettre en pratique dans ses expériences précédentes. "Il revient donc à l’employeur au préalable de faire une évaluation la plus précise possible de ses besoins, mais aussi de ses ressources", conseille Comet.

> Leur imposer une manière de travailler

Cela concerne la question du télétravail. Si le freelance que vous avez recruté a pour habitude de travailler de chez lui, il serait contre-productif de lui imposer de venir dans vos locaux. S'il est expert dans son domaine, il a sans doute foule de propositions, et n'aura donc aucun mal à trouver un contrat qui lui laisse cette possibilité. Et si le profil est rare, il serait aussi dommage de s'en priver juste parce qu'il habite loin et qu'il n'a pas la possibilité de venir chez vous.

> Négliger l'aspect relationnel 

Les freelances sont volatiles et le marché du travail leur est favorable. C'est à l'entreprise de tout faire pour retenir les meilleurs. Et cela joue principalement sur la motivation, sur l'envie de participer à un projet enthousiasment. Pour y parvenir "il est donc impératif d’établir dès le début une relation de confiance à base d’écoute, de respect et de transparence", conseille Comet.

C.C.