BFM Business

Comment débaucher une pépite chez la concurrence?

La promesse d'un bien meilleur salaire n'est pas suffisante. Pour convaincre ce cadre de venir dans votre entreprise, il faut surtout jouer sur les perspectives d'évolution et les challenges à relever.

Les profils les plus qualifiés ou les plus performants sont très recherchés…ils ne restent donc pas très longtemps sur le marché. Pour dénicher la perle rare dont vous avez tant besoin, il va donc falloir aller la chercher directement chez la concurrence. Mais comment la convaincre de rejoindre votre société? En comprenant les raisons qui poussent les salariés en poste à changer d'entreprise et donc à prendre un risque.

Attention, ils ne sont pas si nombreux, les candidats à la mobilité. Selon l'Apec, un cadre change d'entreprise tous les 15 ans en moyenne. En 2014, moins de 7% ont changé de boîte. Il va donc falloir se montrer persuasif.

LinkedIn a interrogé récemment 2.900 salariés européens qui ont changé de job pour savoir quelles avaient été leurs motivations. C'est le manque d'opportunités dans le poste précédent qui a été cité en premier. Suivi par le manque de challenges. Et ce sont pour ces mêmes raisons qu'ils ont opté pour leur poste actuel. Il est donc évident que si vous souhaitez persuader un cadre de bouger, il faut lui offrir des perspectives et des défis à relever. Car ils sont nombreux à attendre des changements de carrière radicaux: un professionnel sur trois change de boîte pour avoir l'opportunité de changer de poste, selon LinkedIn.

Communiquer sur sa vision d'entreprise

Mais pour convaincre cette pépite, il ne faut pas se limiter à offrir un titre ou un poste. C'est un environnement de travail, des perspectives de carrière qu'il faut mettre en avant et ne pas lésiner sur les détails. Il faut aussi communiquer sur votre vision d'entreprise. Car cela fait partie de l'argumentaire qui pourra la convaincre de vous rejoindre. "J'ai refusé de bouger car je n’avais pas suffisamment d’informations sur l’environnement de travail de l’entreprise", répondent 45% de ceux qui ont préféré rester au chaud.

Enfin pour être débauché, la question du salaire n'est pas prioritaire, mais elle reste importante. D'ailleurs 44% des Européens qui ont changé de poste expliquent qu'ils seraient restés dans leur ancienne entreprise si leur employeur avait fait un geste.

Laure Closier édité par C.C.