BFM Business

Au Japon, Yahoo veut passer à la semaine de 4 jours

Au Japon le travail tue, à tel point que le gouvernement et les entreprises tentent d'alléger les journées des salariés.

Au Japon le travail tue, à tel point que le gouvernement et les entreprises tentent d'alléger les journées des salariés. - Mercado2-CC

Les Japonais travaillent trop et cela nuit à leur santé et leur productivité. Pour y remédier, la filiale japonaise de Yahoo songe à leur permettre d'ici 2020 de profiter d'un week-end de trois jours.

Le surmenage fait des ravages au Japon. A tel point que le gouvernement et les entreprises réfléchissent aux moyens d'inciter les salariés à lever le pied. Yahoo a déjà mis en œuvre plusieurs mesures pour éviter que ses 5.800 collaborateurs ne soient frappés par le très répandu "Karoshi", mot qui désigne "mort par excès de travail". Déjà, le portail internet permet à ses salariés de travailler depuis chez eux cinq jours par mois, afin qu'ils puissent organiser leur journée comme bon leur semble. De plus, les salariés qui vivent loin des locaux de l'entreprise perçoivent une indemnité mensuelle leur permettant de prendre le Shinkansen, l'équivalent nippon de notre TGV, et réduire ainsi leur temps de transport.

Mais Yahoo réfléchit à un mesure plus forte encore: réduire la semaine de travail. La porte-parole de l'entreprise Megumi Yagita assure que la semaine de 4 jours pourrait être mise en œuvre d'ici à 2020.

Plus de liberté pour plus de productivité

"En donnant aux employés plus de liberté sur la manière de travailler, nous espérons qu'ils choisiront une formule qui leur permettra de donner le meilleur d'eux, et ainsi doper leur productivité" assure une porte-parole de la filiale japonaise de Yahoo à Bloomberg. Avant de préciser que cette semaine de 4 jours n'est pas envisagée par la société comme un objectif, mais plutôt une option.

Cette mesure pourrait s'ajouter au Premium Friday, que le gouvernement et l'organisation patronale Keidanren, qui regroupe 1.300 entreprises, ont décidé de mettre en œuvre à partir du 24 février. Il s'agit d'inciter les salariés et les fonctionnaires à quitter leur bureau à 15 heures le dernier vendredi de chaque mois. Cette journée écourtée est destinée à permettre aux salariés de s'investir davantage dans leur vie privée. Au passage, le gouvernement espère aussi que ses concitoyens profiteront de leur temps libre pour aller faire du shopping, au cinéma… bref pour dépenser, afin de relancer la consommation en berne du pays.

C.C.