BFM Business

Après l'éclatement du scandale de harcèlement sexuel, Ubisoft doit révolutionner son management

Après des révélations dans la presse d'ambiance toxique au travail et de cas de harcèlement sexuel, Ubisoft a débarqué plusieurs cadres du groupe. Mais pas sûr que cela soit suffisant pour passer la tempête.

La direction de l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft avait annoncé des changements face aux accusations de harcèlement sexuel et d'ambiance toxique qui touchent l'entreprise. C'est désormais chose faite. Des cadres ont été débarqués, dont des historiques du groupe. Face à un scandale de de ce type, le premier objectif dans la communication est de prouver que vous avez compris qu'il y a un problème.

Une entreprise qui en est au point d'Ubisoft sur le plan humain est au bord du gouffre. Elle doit absolument montrer qu'elle va changer, qu'elle a changé depuis ce matin déjà, et faire table rase très très vite... C'est sa survie qui est en cause car oui ce type d'affaires peut faire couler une entreprise, aussi belle soit sa réussite.

Le risque réputation est extrêmement fort:

- Sur les consommateurs de plus en plus exigeants face aux comportements des marques

- Sur le recrutement de potentiels talents qui n'auront certainement pas envie de rejoindre une société avec ce genre de pratiques.

- Sur le cours de Bourse potentiellement: l'action du géant du jeu vidéo chute d'ailleurs de plus de 9% ce lundi matin à la bourse de Paris.

Quand vous lisez la presse, c'est une caricature d'organisation toxique et tyrannique qui est décrite. Un système qui est désormais indéfendable dans l'entreprise. Les génies colériques n'ont plus la cote. Le talent, le charisme ne suffisent plus à justifier les comportements déplacés.

On parle aujourd'hui de 3 départs, mais des dizaines d'investigations sont en cours. C'est une nouvelle entreprise qu'il faudra faire naître. C'est un défi colossal. Et Ubisoft paiera certainement le prix d'avoir attendu d'être au pied du mur pour réagir. 

Laure Closier avec OC