BFM Business

2017, année record pour les salaires des cadres

Avec le retour durable de la croissance, les cadres ont toutes les cartes en main pour monnayer leur expertise.

Avec le retour durable de la croissance, les cadres ont toutes les cartes en main pour monnayer leur expertise. - Florian David- AFP

Les volumes de recrutements sont en hausse et les salaires suivent la même voie. Les cadres qui ont changé de poste ou d'employeur au cours de l'année passée ont en moyenne obtenu une augmentation de 15%, selon l'étude annuelle des rémunérations de Robert Walters.

Avec le retour durable de la croissance, les entreprises ont besoin de compétences pour développer leurs activités. Les cadres ont toutes les cartes en main pour monnayer leur expertise. L'année 2017 a été marquée par une hausse record des salaires, selon l'étude annuelle sur les rémunérations du cabinet de recrutement Robert Walters.

"Le capital confiance est à un niveau que je n'ai pas noté depuis 2007. Cette dynamique positive est aussi plus profonde, elle concerne tous les métiers et pas que la banque, comme ce fut le cas avant la crise", souligne Antoine Morgaut, président Europe et Amérique latine de Robert Walters. Les cadres n'ayant pas changé de poste ont obtenu en moyenne une revalorisation de leur rémunération de 1 à 2%. Quant à ceux qui ont soit changé de poste au sein de leur entreprise, soit changé d'employeur, ils ont en moyenne décroché un salaire 15% plus élevé.

"Les cadres sont devenus experts dans leur domaine, ce savoir-faire se paye", met en avant Antoine Morgaut. Il note aussi que les entreprises privilégient l'individualisation des salaires, en préférant accorder des primes que des augmentations. "Cela permet d'offrir des variables à ceux que l'on ne veut pas perdre" met-il en avant.

La pénurie fait grimper les prix

Face à de nombreux métiers en tension, les entreprises n'ont plus le choix: elles doivent offrir des salaires attractifs pour recruter les meilleurs éléments. Le secteur des ressources humaines fait partie de ceux qui sont le plus en demande d'experts. Le nombre d'offres a augmenté de 15% en 2017. Face à la pénurie, les salaires sont à la hausse: +6% en un an. Un responsable du droit social peut facilement décocher 10% de plus.

Le retail est lui aussi à la recherche de compétences. Les category managers, qui ont pour mission de développer la rentabilité des gammes de produits et de s'assurer de leur visibilité en rayon, sont des oiseaux rares. "Ils ont vu leur rémunération augmenter de 20%, c'est une vraie prime à la pénurie d'expert" cite en exemple Antoine Morgaut. Pareil chez les directeurs commerciaux, dont les rémunérations ont gagné 16% en un an.

Le secteur du conseil est lui aussi en pleine expansion, avec une hausse de 10% du nombre d'offres. "Chaque candidat manager a au moins cinq offres face à lui", commente le président de Walters. Il n'est pas rare dans ce secteur qu'un changement de poste permette d'obtenir un salaire de 20 à 25% supérieur.

L'intérêt du poste reste essentiel

La guerre des talents perdure aussi dans l'IT et le digital. "Je n'ai jamais vu une baisse des recrutements en 17 ans", affirme Antoine Morgaut. En un an, les salaires décrochés par les DSI ont bondi de 13%, celui des chief digital officers de 10%. Le cabinet Walters prédit de beaux jours aux spécialistes de la cybersécurité, dont les offres ont explosé ces six derniers mois. Les salaires devraient donc suivre cette progression dans les mois à venir.

Mais les cadres ne se laissent pas griser par cette envolée des prix. Car l'argent n'est pas le principal moteur, selon une étude sur leurs leviers de motivation réalisée par le cabinet de recrutement. L'intérêt du poste est cité en premier, suivi par la qualité du management. Les cadres prennent aussi en compte l'organisation du travail et les possibilités de formation, qui leur permettent à la fois de renouveler leur implication et d'améliorer leur employabilité. 

Coralie Cathelinais