BFM Business

1 salarié sur 4 est miné par le stress

VIDÉO - Ce sont les femmes et les plus de 40 ans qui sont les plus frappés, selon l'observatoire du stress au Travail. Les salariés stressés sont plus nombreux dans certains secteurs, comme celui de la santé.

Des salariés en manque de reconnaissance, qui ne trouvent pas le soutien de leur hiérarchie, qui craignent de ne pas tenir leurs objectifs ou encore, qui ne trouvent plus le moyen de garder un équilibre entre leur vie pro ou perso... Voilà quelques facteurs qui jouent sur le niveau de stress des cadres et employés. Le phénomène est loin d'être marginal: 24% des salariés sont en état d'hyperstress, selon les données de l'observatoire du stress au travail réalisé par Stimulus (1). A l'inverse, 51% des sondés déclarent subir très peu le stress.

Quel est le portrait-robot du salarié dont le boulot le met dans tous ses états? Il s'agit plutôt d'une femme (28% sont en hyperstress contre 20% des hommes) âgée de plus de 40 ans (le taux d'hyper stress, tous sexes confondus est de 27% chez les 40-50 ans et de 26% chez les plus de 50 ans). Pour comparaison, la part des hyperstressés ne dépasse pas les 20% parmi les moins de 30 ans.

Des secteurs plus exposés que d'autres

L'ancienneté au sein de l'entreprise a aussi une incidence: 28% des personnes étant chez le même employeur depuis plus de 25 ans sont frappées par ce mal, alors qu'ils ne sont que 19% chez ceux présents depuis moins de cinq ans.

L'étude fait aussi ressortir que le stress dépend fortement du secteur d'activité: les métiers du secteur de la santé et des actions sociales sont en première ligne, avec 42% de ses salariés en situation d'hyperstress. Puis viennent les métiers des arts du spectacle et des activités récréatives: 31% des salariés de ce secteur ressentent ce malaise. Dans les services, des activités financières et des assurances, le mal est également plus répandu que la moyenne avec respectivement 29% et 28% des personnes en souffrance.

La cause de ce mal être? La surcharge de travail, qui peut se traduire par le sentiment de manquer de temps pour accomplir sa tâche, le fait de devoir traiter des informations complexes et nombreuses, dans plus de sept cas sur dix. Il y a aussi les difficultés à devoir s'adapter aux changements, 88% des salariés estiment que leur travail nécessite de s'adapter sans cesse et près de huit sur dix déclarent qu'il leur est impossible de prévoir à quoi ressemblera leur travail dans deux ans.

En revanche, ils sont peu nombreux à mettre en cause des difficultés relationnelles. Seulement 15% avouent entretenir de mauvaises relations avec leurs supérieurs et 18% mettent en cause des contacts non satisfaisant avec les gens.

(1) Sondage réalisé auprès de 30.000 salariés travaillant dans 39 entreprises de secteurs d'activités variés.

C.C.