BFM Business

1 Français sur 4 a vu un job lui échapper à cause de l'anglais

1 Français sur 10 a déjà survendu ses compétences en anglais... pourtant les recruteurs ne testent pas systématiquement les candidats.

1 Français sur 10 a déjà survendu ses compétences en anglais... pourtant les recruteurs ne testent pas systématiquement les candidats. - DT- CC.

Seulement 4% des Français parlent aisément l'anglais, et 55% ont un niveau intermédiaire, selon une étude réalisée par ABA English. Aussi, quand on leur demande leur niveau lors d'un recrutement, certains n'hésitent pas à mentir.

Ne pas maîtriser l'anglais peut vous fermer des portes. C'est ce qui est déjà arrivé à près d'un Français sur quatre. Ils sont en effet 23% à déclarer être passés à côté d'une opportunité d'embauche à cause de leur faible niveau dans la langue de Shakespeare, révèle une étude réalisée par ABA English (1), une plateforme d'apprentissage linguistique.

Conscients de la situation, nos concitoyens tentent d'améliorer les choses: 48% des personnes qui étudient l'anglais le font pour des raisons professionnelles. 23% sont motivées par la possibilité de pouvoir communiquer quand ils voyagent avec des personnes de toutes nationalités. Et enfin, 20% apprennent l'anglais dans le cadre de leurs études ou d'une formation.

Le niveau d'anglais pas systématiquement testé en entretien

Mais les Français sont toujours à la peine, puisque seulement 4% de la population peuvent se targuer d'avoir un niveau "advanced", c’est-à-dire le niveau requis par la grande majorité des petites, moyennes et grandes firmes pour occuper un poste de cadre à l’international. Tandis que 55% ont un niveau intermédiaire. Enfin, 41% ne parlent pas ou ont des connaissances très basiques en anglais.

Un défaut que certains ont dû cacher sur leur CV. Un Français sur dix avoue avoir menti au moins une fois dans sa vie, en entretien, quant à son niveau de compétences linguistiques. Pourtant il est facilement vérifiable lors d'un entretien d'évaluer le niveau d'un candidat. Cela ne semble pas encore fait systématiquement en France…peut-être parce que le recruteur lui-même n'est pas très à l'aise en anglais.

(1) L'étude a été réalisée sur un échantillon représentatif de 1.200 personnes.

C.C.