BFM Business

Une femme sur deux a été victime de discrimination au travail

Huit salariées sur dix ont remarqué qu'il est plus facile pour un homme d'obtenir un poste à responsabilité

Huit salariées sur dix ont remarqué qu'il est plus facile pour un homme d'obtenir un poste à responsabilité - unsplash - CC

C'est sur le plan des promotions et des évolutions de carrières que les femmes se sentent les plus défavorisées par rapport à leurs collègues masculins, révèle une enquête de l'Apec. Elles estiment aussi que le fait d'être mère a été un frein.

Les femmes représentent près de la moitié des actifs et sont plus diplômées que les hommes. Pourtant, elles doivent affronter de nombreuses inégalités et des faits de discriminations qui freinent leur carrière. Selon une étude de l'Apec (1), 61% des salariés ont été témoins de discriminations dans le cadre professionnel, et 28% disent en avoir été personnellement victimes. Mais ce sont les femmes qui en sont les principales cibles : 51% avouent en avoir été victimes.

Elles ont constaté des situations inégalitaires sur plusieurs plans. 80% des salariées ont remarqué qu'il est plus facile pour un homme d'obtenir un poste à responsabilité, un avis que 66% des hommes partagent. 78% des femmes ont observé que leur évolution salariale était plus lente que celle des hommes, qui sont d'ailleurs 58% à le penser également. 62% des salariées pensent aussi que le fait d'être mère a freiné leur carrière (54% des hommes sont de cet avis).

En revanche, femmes et hommes se rejoignent sur le fait que les postes clés sont davantage occupés par des hommes que par des femmes (respectivement 78% et 75%).

Les managers ont un rôle clé

Les cadres ont une vision plus égalitaire du monde du travail: 34% estiment que les inégalités se sont réduites depuis cinq ans (21% chez les non-cadres) et 39% prévoient qu'elles vont encore se réduire dans les cinq prochaines années (25% chez les non cadres).

Huit cadres sur dix pensent que les femmes ont les mêmes chances de réussite que les hommes (74% chez les non cadres). Ils ont aussi un regard bienveillant vis-à-vis de leur entreprise : 34% ont le sentiment que des actions ont été mises en place en faveur de l'égalité homme-femme, soit 12 points de plus que chez les non-cadres. Ils sont 70% à penser que c'est à l'entreprise d'agir, et citent en deuxième acteur de l'égalité le manager (44%). D'ailleurs ces derniers sont très sensibilisés sur l'égalité homme-femme puisque 70% jugent ce thème prioritaire contre 59% chez les non-managers. Ils ne sont pas épargnés par les discriminations : dans leur cas, ce sont surtout les licenciements et des sanctions disciplinaires qui les touchent.

(1) Étude menée auprès d'un échantillon représentatif de 1508 salariés du secteur privé.

C.C.