BFM Business

Ultimatum pour deux sites de Sequana

Saquana pourrait fermer deux sites.

Saquana pourrait fermer deux sites. - -

Deux sites du papetier sont menacés de fermeture. Il se donne un an pour trouver un repreneur, a annoncé ce vendredi 18 avril, le ministère de l'Economie.

Dernier chance… Le papetier Sequana se donne un an pour trouver un ou plusieurs repreneurs pour ses deux sites menacés de fermeture dans le cadre de sa restructuration, a annoncé ce vendredi 18 avril, le ministère de l'Economie, au lendemain d'une réunion consacrée au dossier.

Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg avait reçu jeudi 17 avril les syndicats des sites de Charavines (Isère) et Wizernes (Pas-de-Calais) du papetier Arjowiggins-Sequana, qui comptent en tout près de 500 employés.

"La restructuration financière et industrielle qui permet de préserver le groupe exige la cession ou la fermeture d'au moins 3 sites industriels dont 2 français: Charavines et Wizernes", rappelle le ministère dans son communiqué.

Il informe que les deux sites français "feront l'objet d'une recherche de repreneurs. Un cabinet a été mandaté par Arjowiggins pour cela".

Sequana compte sur BPI France

"Cette prospection, d'une durée d'un an, devra être menée au niveau mondial et sans restriction. L'ensemble des acteurs du secteur ou capables d'offrir des perspectives industrielles à ces sites de production de papier devront être approchés", dit Bercy.

Le ministère déclare qu'il "suivra avec la plus grande attention ce processus de recherche et y apportera tout son soutien, en mobilisant notamment l'Agence Française des Investissements Internationaux et ses antennes internationales".

Le groupe papetier Sequana, malmené par la concurrence croissante d'internet, a annoncé jeudi dernier un traitement de choc pour redresser la barre, avec un plan de restructuration qui prévoit la cession de ces deux usines.

Sequana compte la banque publique française Bpifrance parmi ses principaux actionnaires.

D. L. avec AFP