BFM Business

Travailler plus... et plus vieux : la justice dit non

-

- - -

Un salarié d’une filiale d’EDF, mis à la retraite d’office à 60 ans, a perdu aux Prud’hommes alors qu’il demandait le droit de continuer à travailler.

Jean-Luc Lehocq, 61 ans, a travaillé 30 ans pour EDF puis RTE Gironde (Réseau de transport d'électricité). Le 1er juillet 2007, il a été mis à la retraite, contre son gré. Il voulait poursuivre jusqu'à 65 ans. Depuis, cet ancien juriste réclame le droit de travailler et la somme de 240 000 €. Une somme représentant selon lui ses pertes de revenus sur 5 ans suite à sa mise en retraite « forcée » en vertu d'un décret datant de 1954 qui fixe à 60 ans l'âge de la retraite pour les entreprises à « statut » telle RTE, qui est une filiale à 100% d'EDF.

Or, sa demande a été déboutée par les Prud'hommes et il a été condamné à payer les frais de justice. Il était ce matin dans Bourdin&Co pour réagir à cette décision : « C'est le comportement habituel d'EDF de mettre d'office à la retraite ses salariés âgés de 60 ans, sauf pour ses hauts dirigeants qui peuvent travailler après 60 ans. J'ai été débouté par les prud'hommes, mais pour moi, il y a une discrimination relative à l'âge, ce qui est interdit par une directive européenne. Ce qui est plus fort encore, c'est que j'ai été condamné à payer les dépens, ce qui est rarissime pour un salarié qui agit aux prud'hommes ».

« En fait, j'ai remis en cause l'entente cordiale qui existe entre patronat et syndicats sur le comportement vis-à-vis des séniors. J'ai été puni pour avoir osé remettre en cause la question du travail des séniors. Dans les grands discours, on nous dit « travailler plus pour gagner plus », mais je connais plein de gens autour de moi qui veulent continuer à travailler et à qui on l'interdit ».

« Je vais faire appel de cette décision, c'est évident. Mon argumentation était très bonne, car le décret en question ne vise que les salariés d'EDF et de GDF, et moi je suis salarié de RTE. Donc on a l'opportunité d'ouvrir enfin la porte aux séniors qui veulent continuer à travailler, mais non seulement ils l'ont laissé fermée mais en plus on m'a puni ».

La rédaction-Bourdin & Co