BFM Business

Travail du dimanche: les patrons favorables aux ordonnances

La possibilité pour le gouvernement de légiférer par ordonnances le dimanche inquiète les syndicats

La possibilité pour le gouvernement de légiférer par ordonnances le dimanche inquiète les syndicats - Mychèle Daniau - AFP

La CGPME comme le Medef ont salué, ce lundi 1er septembre, la volonté du gouvernement, qui pourrait légiférer par ordonnance sur la question du travail dominical. Tous deux estiment qu'il faut "agir vite" sur ce dossier.

Sans surprise, la possibilité pour le gouvernement de recourir aux ordonnances pour légiférer sur le travail dominical divise les partenaires sociaux.

Le patronat y voit une volonté du gouvernement d'accélérer la cadence. Passer par les ordonnances est, en effet, plus rapide que l'arsenal législatif classique car ce processus supprime en très grande partie le débat parlementaire. Il permet de légiférer sans avoir à débattre du détail du texte, en échange d'un accord sur une orientation générale.

Ainsi Thibaut Lanxade, président du Pôle entrepreneuriat et croissance des TPE-PME du Medef, a estimé ce lundi sur BFM Business qu'il faut "compte tenu de l'urgence de la situation économique innover et ouvrir des portes qu'on n'osait pas ouvrir dans le passé dont le travail du dimanche".

"Si le gouvernement a la volonté d'aller vite sur le sujet , c'est bien évidemment une très bonne chose",a-t-il ajouté.

Jean-François Roubaud, le président de la CGPME, est sur la même ligne. "C'est un bon signal que le gouvernement veuille agir vite, ça fait des mois que je dis que la stratégie de l'offre doit être mise en place rapidement", a-t-il affirmé, également sur BFM Business.

Selon lui, cette décision s'inscrit dans la logique de Manuel Valls et revient à dire aux entreprises: "On va aller vite parce que vous nous l'avez demandé".

"Un déni de démocratie"

A l'inverse, les syndicats ont, eux, fait part de leur opposition. Agir par ordonnance "sur cette question de travail du dimanche, c'est encore un déni de démocratie orchestré par ce gouvernement", a ainsi réagi auprès de l'AFP Michèle Chay, secrétaire générale de la Fédération CGT du commerce.

Pour le secrétaire général adjoint de la CFTC, Joseph Thouvenel, l'ouverture des magasins le dimanche "mérite un vrai débat, que les partenaires sociaux soient saisis et que les parlementaires débattent, sinon, à quoi sert le Parlement?"

"Je ne suis pas sûr que la démocratie en sorte très renforcée. Nous ne voyons absolument pas l'intérêt en termes d'emplois", a-t-il déclaré ce lundi.

Le numéro un de FO, Jean-Claude Mailly, s'était, lui, dit "stupéfait" dimanche que l'aménagement du travail dominical passe par ordonnance.

J.M. avec BFM Business et AFP