BFM Business

Travail du dimanche: Ayrault va annoncer une réforme à minima

La polémique sur le travail du dimanche risque d'être relancée

La polémique sur le travail du dimanche risque d'être relancée - -

Le rapport Bailly sur le travail du dimanche va être rendu ce lundi 2 décembre. Il préconise, notamment, de ne pas ouvrir l'autorisation du travail du dimanche à d'autres secteurs.

Les contestations vont sûrement se faire entendre lundi matin. Jean-Paul Bailly, ex-président de La Poste, va remettre, ce lundi 2 décembre, son rapport sur l'épineux dossier du travail du dimanche. Les Echos, ce vendredi 29 novembre, dévoilent les principales mesures. Le gouvernement s'appuiera sur ce rapport pour élaborer une future loi sur le sujet.

Matignon avait commandé ce rapport début octobre, suite à la fronde des "bricoleurs du dimanche". Ceux-ci ne devraient pas être entièrement satisfaits des pistes du rapport Bailly. En effet, après avoir réaffirmé l'importance du repos dominical – "le dimanche doit rester un jour différent" – il préconise de ne pas accorder de dérogations à de nouveaux secteurs.

Les magasins de bricolage réclamaient une dérogation permanente d'ouverture dominicale, comme le jardinage ou l'ameublement. "Cette piste a très vite été abandonnée. Personne n’a adopté cette logique sectorielle en Europe et désormais, les secteurs sont si imbriqués que cette notion n’a pas de sens ", précise une source aux Echos. "Cela ne ferait que déplacer le problème. Si on l’accorde au bricolage, d’autres secteurs vont le réclamer et on n’en sortira jamais".

Remise à plat des zones touristiques

En revanche, bonne nouvelle pour les partisans du travail du dimanche, le rapport va recommander une vaste remise à plat des périmètres des zones touristiques où l'ouverture dominicale est autorisée. A Paris, par exemple, les grands boulevards en sont exclus, au malheur des Galeries Lafayette et du Printemps.

Par ailleurs, le nombre d'ouverture exceptionnelle sur autorisation du maire va passer de 5 à 10.

Et enfin, comme l'annonçait Pierre Moscovici jeudi 28 novembre, il faut aussi donner "plus de droits" aux travailleurs avec "des salaires bonifiés". Des accords collectifs devront définir les contreparties pour les salariés concernés. Les négociations à venir risquent d'être tendues.

|||sondage|||1408

Diane Lacaze