BFM Business

Spanghero: plus qu'une seule offre de reprise en lice

Décision vendredi 5 juillet sur la reprise de Spanghero

Décision vendredi 5 juillet sur la reprise de Spanghero - -

Ce mardi 2 juillet, le tribunal a décidé de ne garder que l'offre de reprise de Laurent Spanghero, fondateur de la société. Il se prononcera vendredi 5 juillet.

Le projet de reprise de l'entreprise Spanghero par les salariés, adossés à l'industriel Delpeyrat, n'a pas convaincu les magistrats du tribunal de commerce de Carcassone.

Le procureur a annoncé, ce mardi 2 juillet, qu'il ne restait plus qu'une offre de reprise en lice pour l'entreprise de Castelnaudary (Aude), menacée de fermeture en raison de son rôle dans le scandale de la viande de cheval.

Il s'agit de celle de Laurent Spanghero, le fondateur de la société qui l'a cédé en 2009 à la coopérative basque Lur Berri. Soutenu par un promoteur immobilier de Narbonne, Jacques Blanc, et une société d'investissement, Investeam, il propose de conserver une centaine de postes sur 230.

Possible liquidation judicaire

L'autre offre a été jugée incomplète, du fait qu'elle ne comportait pas de garantie des banques sur l'abandon de créance. Car Spanghero a souscrit un emprunt de 15 millions d'euros sous forme de crédit bail pour financer la construction de son usine de Castelnaudary. Il lui reste encore 10 millions d'euros à rembourser.

Le tribunal se prononcera vendredi 5 juillet sur la seule offre de reprise retenue. Mais les magistrats pourraient décider de la rejeter, ce qui confirmerait la liquidation judiciaire de la société sous trois mois.

>> A LIRE AUSSI - Notre dossier sur le scandale de la viande de cheval

Nina Godart et Diane Lacaze