BFM Business

Soutien de l’État aux entreprises : la CGPME invite les Français à la patience

Invité de BFM Business, François Asselin regrette l'erreur de communication du Medef qui avait communiqué sur la création d’un million d’emplois.

Invité de BFM Business, François Asselin regrette l'erreur de communication du Medef qui avait communiqué sur la création d’un million d’emplois. - Bertrand Guay-AFP

Invité de BFM Business, François Asselin reproche au Medef d’avoir évoqué la création d’un million d’emplois. Et insiste sur le fait qu’après avoir restauré leurs marges, les entreprises vont pouvoir investir et créer des emplois.

Unanimement critiqué par les Français, de droite comme de gauche, pour avoir profité de la politique de l’offre initiée par le gouvernement sans avoir créé massivement d’emplois, le patronat se défend. François Asselin était l’invité de l’heure H ce midi sur l'antenne de BFM Business et le Président de la CGMPE invite les Français à la patience. "Quand on annonce une mesure qui portera ses fruits deux ans après, il faut attendre deux ans !" a-t-il asséné.

À ses yeux, la façon dont les entreprises françaises ont utilisé l’effort financier consenti à leur endroit par l’État se justifie aisément : "D’abord on retrouve de la marge, ensuite on investit, enfin on embauche… et pour l’instant, ça va mieux mais ça n’accélère pas sur les embauches parce que l’emploi, c’est un tout, ce n’est pas seulement un CICE, c’est aussi des réformes structurelles".

Mais le président de la CGPME regrette en revanche les promesses d’emploi formulées par le Medef pour faire infléchir la politique économique du gouvernement : "Je crois qu’il y a eu une erreur du Medef, il faut dire les choses telles qu’elles sont, en annonçant 1 million d’emplois. Cela colle à la veste du Medef. c’était une erreur stratégique. On peut se planter en communication" conclut François Asselin.

Rédaction BFMBusiness