BFM Business

Smic: Hollande défend la décision d'une hausse sans coup de pouce

François Hollande prétend que cette hausse, en tenant compte de diverses éléments, est la plus forte depuis 2010.

François Hollande prétend que cette hausse, en tenant compte de diverses éléments, est la plus forte depuis 2010. - -

Le président de la République, cité par la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud- Belkacem, a affirmé, ce mercredi 18 décembre, que la hausse du Smic au 1er janvier sera "la plus importante depuis 2010" compte-tenu de la faible inflation.

François Hollande tente de désamorcer les critiques. Cité par la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, le président de la République a défendu, ce mercredi en Conseil des ministres, la hausse du Smic sans coup pouce, décidée par le gouvernement le 16 décembre dernier.

"Le Président de la République a souligné que compte tenu du faible niveau de l'inflation, cette progression du Smic paraît relativement importante, la plus importante depuis 2010, C'est même la plus importante depuis 2010, si on met de côté évidemment le coup de pouce que nous avions accordée en juillet dernier", a-t-il déclaré.

"Erreur économique et sociale"

Le Smic augmentera de 1,1% passant de 9,43 à 9,53 euros bruts au 1er janvier. Une hausse qui se limite aux mécanismes légaux, sans coup de pouce. Elle porte à 1.445,38 euros le salaire brut mensuel - au lieu de 1.430,22, pour les salariés aux 35 heures.

Plusieurs syndicats, dont la CGT et FO, ont critiqué cette décision. Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de ce dernier syndicat, a évoqué "une erreur économique et sociale".

François Hollande a toutefois omis de préciser que les règles permettant de calculer la hausse légale du Smic ont été modifiées au début de l'année, rendant difficile les comparaisons avec les précédentes augmentations.

J.M. avec AFP