BFM Business

Ruptures conventionnelles collectives: Martinez critique PSA

Philippe Martinez estime que les ruptures conventionnelles collectives vont précariser les salariés.

Philippe Martinez estime que les ruptures conventionnelles collectives vont précariser les salariés. - Ludovic Marin - AFP

Le secrétaire général de la CGT accuse le constructeur automobile de "transformer les CDI en précaires", en utilisant la nouvelle procédure de réduction des effectifs permettant d'éviter les plans sociaux.

Philippe Martinez est vent debout contre le souhait de PSA de recourir rapidement aux ruptures conventionnelles collectives. Pour le secrétaire général de la CGT cela traduit tout bonnement "la volonté de la direction" du constructeur automobile "de transformer les CDI en précaires".

A partir de mardi, PSA va engager des négociations avec les syndicats autour de son projet de rupture conventionnelle collective, possibilité ouverte par les ordonnances réformant le droit du travail. Ce dispositif permet de réaliser des départs volontaires selon une procédure moins risquée pour l'entreprise et qui peut s'avérer moins contraignante que celle d'un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

"Mon petit doigt me dit que la CGT va se prononcer contre"

"Chez PSA, tous salariés confondus, on atteint 15% de précarité et dans des ateliers de production, on dépasse les 50%", a fait observer Philippe Martinez. "La volonté de la direction de PSA, c'est de transformer les CDI en précaires, intérimaires, CDD, etc..." estime donc Philippe Martinez.

Interrogé sur le fait qu'une telle rupture conventionnelle collective est conditionnée à un accord majoritaire avec les syndicats, Philippe Martinez a répondu: "Je connais un certain nombre de dirigeants de grandes entreprises qui vous disent: 'c'est ça ou sinon je ferme une usine'. Vous savez en matière de choix, c'est compliqué, le volontariat c'est pareil, on connait tous un certain nombre de volontaires forcés". Et pour ceux qui douteraient encore des intentions de son syndicat, Philippe Martinez conclut: "Mon petit doigt me dit que la CGT va se prononcer contre".

Y.D. avec AFP