BFM Business

Revivez la 1ère journée de la conférence sociale

François Hollande lors de la conférence sociale de juillet 2013

François Hollande lors de la conférence sociale de juillet 2013 - -

La 3eme grande conférence sociale du quinquennat Hollande s'est ouvert ce lundi 7 juillet pour s'achever demain soir. A la différence des années précédentes, elle se déroule dans un climat tendu entre l'exécutif et les partenaires sociaux sur fond de mise en place du pacte de responsabilité.

La 3eme grand-messe sociale du quinquennat s'est ouvert ce lundi 7 juillet. Jamais les années précédentes, le climat entre l'exécutif et les syndicats d'un côté, le patronat de l'autre, n'a été aussi tendu.

>> Retrouvez le résumé de cette journée

17h47 - Thierry Lepaon (CGT) estime que le discours de Manuel Valls "ne mérite pas notre présence à ses côtés".

17h40 - Jean-Claude Mailly, le numéro un de Force ouvrière, dénonce un "vrai bug du dialogue social".

17h10 - Selon Pierre Gattaz, les créations d'emploi issues du pacte de responsabilité pourraient prendre "quelques mois, voire quelques années".

"Le Pacte se comprend dans la durée, puisque les baisses de charges et de fiscalité s'étalent sur plusieurs années. La création d'emplois découlera de ces actions, souvent avec quelques mois, voire quelques années de décalage, il faut le dire et l'assumer", a dit le patron du Medef lors d'échanges à huis clos avec le Président de la République, selon une déclaration écrite communiquée à la presse.

15h45 - Info BFMTV: Force ouvrière boycottera également la journée de demain. En "colère" contre le Premier ministre qu'il accuse de "mépris" à l'égard des syndicats et décidé à "marquer le coup", Jean-Claude Mailly, numéro un de Force ouvrière opté pour le boycott mardi.

14h10 - La CGT boycottera la seconde journée de la conférence sociale mardi, selon une source syndicale citée par l'AFP. La direction de l'organisation réunie lundi matin, a pris cette décision, mais son numéro un Thierry Lepaon participera à la réunion lundi après-midi avec le président François Hollande

14h08 - Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT a déclaré à son arrivée à la conférence sociale que "les menaces de boycott, d'où qu'elles viennent, sont contre-productives".

"Nous, nous ne sommes ni dans les ultimatums, ni dans les menaces, ni dans les postures, nous sommes dans la mobilisation et les propositions", a-t-il poursuivi.

13h15 - Thierry Lepaon, le leader de la CGT, annoncera lui aussi sa décision à l'issue de sa rencontre avec le chef de l'Etat. Une décision qui émane de la centrale, qui s'est réunie ce lundi en fin de matinée. La CGT avait menacé de boycotter la conférence sociale mardi, notamment à cause du revirement gouvernemental sur la pénibilité.

12h34 - Le numéro un de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, indique qu'il annoncera cet après-midi à François Hollande si son syndicat assistera ou non à la seconde journée de la conférence sociale. Il se prononcera à l'occasion de la réunion à huis clos entre l'occupant de l'Elysée et les partenaires sociaux. Il a en tout cas assuré de sa détermination à "marquer le coup".

10h42 - "La CGT commence à nous énerver un tout petit peu", a indiqué Jean-François Roubaud, le patron de la CGPME, sur Europe 1 lundi. "Ils nous disent qu'on refuse le dialogue social et dans le même temps, ils nous bloquent la France avec la grève de la SNCF et bloquent les relations entre le continent et la France", a-t-il poursuivi. "C'est pas du dialogue social, c'est du blocage", a-t-il estimé. Le représentant des patrons de PME a enjoint Thierry Lepaon, le leader de la CGT, d'essayer "de tenir ses troupes, bon sang".

09h29 - Laurent Berger, le leader de la CFDT, a indiqué lundi sur France Inter qu'il se rendrait à la conférence sociale pour dire son mécontentement du "report partiel du compte pénibilité", selon lui une "avancée obtenue par la CFDT". "Nous demandons que les décrets qui vont mettre en place le compte pénibilité sortent très, très vite, pour qu'il n'y ait plus de remise en cause possible de nulle part", a-t-il dit.

En revanche, pas question pour la centrale de boycotter la réunion, comme le rappelle le syndicat sur Twitter.

"Nous n'avons jamais envisager de boycotter la conférence sociale." @CFDTBerger sur @franceinter
— CFDT (@CFDT) 7 Juillet 2014

VIDEO - François Kalfon, secrétaire national au Travail, à l'emploi, à la formation professionnelle, et au dialogue social, dans Good Morning Business ce 7 juillet

09h00 - "Take the money and run": "prends l'argent et sauve-toi", c'est "la culture du Medef selon le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, qui a dénoncé lundi l'attitude de l'organisation patronale.

"On est devant une difficulté principale: l'attitude du Medef qui, mois après mois, jour après jour, veut démolir tout ce qui peut construire le dialogue social nécessaire en France", a-t-il dénoncé sur France Inter.

8h52 - Sur RTL, le ministre du Travail, François Rebsamen, a estimé que la CGT et FO seraient présentes à la deuxième journée de la conférence sociale. "Je les appelle à participer, je pense qu'ils vont venir, ces tables rondes, nous les avons montées avec eux, leur place est là".

Vidéo: Une conférence sociale sous haute tension s'ouvre ce 7 juillet

7h00 - Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, dénonce le "mépris" du Premier ministre à l'égard des syndicats. "Manuel Valls a fait ses annonces (sur le compte pénibilité, ndlr) à quelques jours de la conférence sociale sans nous prévenir avant. C'est du mépris", a-t-il estimé, en ajoutant qu'il ne se sentirait "pas engagé" par la feuille de route gouvernementale qui doit sortir de la conférence sociale.

>> Suivez en direct sur BFMBusiness et BFMBusiness.com l'intervention de François Hollande à 17h30

Le titre de l'encadré ici

|||7 tables rondes pour une conférence

> amplifier l'action pour l'emploi
> assurer le passage de l'école à l'insertion profesionnelle des jeunes
> développer un agenda pour la croissance et l'emploi en Europe
> accélérer le retour de la croissance par l'investissement
> garantir le pouvoir d'achat par une rémunération équitable
> rénover la politique de santé
> dialogue social et action publique

P.C. et N.G.