BFM Business

Retraites: le Medef réclame 44 ans de cotisations

Le Medef réclame un transfert des cotisations familles vers les retraites

Le Medef réclame un transfert des cotisations familles vers les retraites - -

Le Medef vient de transmettre au gouvernement ses propositions en vue de la réforme des retraites. Parmi elles: l'allongement de la durée de cotisation et le recours à une hausse de la CSG ou de la TVA pour financer le système.

On s'en doutait. Les propositions du Medef en matière de réforme des retraites sont nettement plus radicales que celles timidement évoquées par François Hollande et le gouvernement depuis la publication du rapport Moreau.

Passage rapide à 44 ans de cotisations, hausse de la CSG ou de la TVA en contrepartie d'une réduction des cotisations familles payées par les entreprise, non-indexation temporaire des pensions, mise en place d'un régime unique par points, développement de la capitalisation : l'ordonnance est salée. "Le Medef est en campagne", a ironisé ce matin sur BFMTV Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, pour expliquer les prises de positions radicales du patronat.

Hausse de la CSG

Dans une interview aux Echos de ce 25 juillet, Jean-François Pilliard, le vice-président du Medef en charge du pôle social affirme en préambule qu'il n'est pas hostile à une hausse de 0,1 point des cotisations, y compris celles payées par les entreprises, mais à condition que "l'ensemble des cotisations pour la branche famille de la Sécurité sociale, soit 5,4 points, soit simultanément transféré des entreprises vers la solidarité nationale via une hausse de la CSG ou de la TVA".

44 ans de cotisations dès 2020

Concernant le sujet brûlant du relèvement de l'âge légal de la retraite, actuellement de 62 ans, le Medef regrette que François Hollande rejette d'emblée cette solution. " Le gouvernement estime qu'elle est moins juste socialement qu'une hausse de la durée de cotisation, qu'on nous le démontre !", lance Jean-François Pilliard.

Le Medef propose de monter à 63 ans l'âge légal à l'horizon 2020 et 43 annuités de cotisations. En cas de refus du gouvernement, le patronat suggère en remplacement de relever la durée de cotisation de 41,5 ans actuellement à 44 ans dès 2020.

Pensions moins généreuses

Enfin, le Medef estime que la désindexation des pensions sur l'inflation " est envisageable si elle est limitée dans le temps, au maximum pendant trois ans".

Le patronat n'est pas hostile non plus à la hausse de la CSG touchant les pensions des retraités imposables, une solution évoquée par la Cour des comptes et que ne contesterait pas François Hollande.

Sur le fond, le Medef rappelle enfin les réformes que le patronat soutient depuis des années : mise en place d'un système unique par points venant remplacer les différents régimes de base, et développement de la retraite par capitalisation.

Patrick Coquidé