BFM Business

Réforme des retraites: Ayrault entame les négociations

Jean-Marc Ayrault reçoit l'ensemble des partenaires sociaux, ce jeudi 4 juillet.

Jean-Marc Ayrault reçoit l'ensemble des partenaires sociaux, ce jeudi 4 juillet. - -

Les concertations sur la future réforme des retraites débutent ce jeudi 4 juillet, à Matignon, première étape d'un été sous haute tension. Et les divergences de vues des syndicats ne devraient pas faciliter la tâche du gouvernement.

Cette fois, le gouvernement entre dans le vif du sujet. Ce jeudi 4 juillet débutent les concertations avec les partenaires sociaux, sur le bouillant sujet des retraites.

Une réforme à hauts risques pour l’exécutif, dont les rapports avec les syndicats se sont singulièrement tendus. La conférence sociale de juin n’y a malheureusement rien changé.

Ces derniers seront reçus tour à tour par Jean-Marc Ayrault, chacun pendant 45 minutes. La CGC-CFE ouvrira le bal, suivi de la CGPME, la CGT, FO, la CFDT, la CFDT, le Medef et l’UPA.

L'allongement de la durée de cotisation privilégié

Même si un nouveau recul de l’âge du départ à la retraite semble exclu, les concertations devraient largement porter sur la hausse de la durée de cotisation. François Hollande avait d’ailleurs fait part de sa préférence pour cette mesure, le 16 juin dernier, la considérant comme "la plus juste". Elle est également préconisée par le rapport Moreau, loin d’avoir satisfait les syndicats.

La sous-indexation temporaire des pensions, elle, bien que recommandée par la Cour des comptes, se heurte pour le moment à un refus catégorique de l’ensemble des partenaires sociaux.

S'appuyer sur les syndicats réformistes

Le gouvernement a prévenu à plusieurs reprises: tout le monde (retraités, actifs, entreprises) devra participer à l’effort. Le cas des fonctionnaires sera donc aussi évoqué, et un rapprochement de leur régime avec celui du privé n’est pas à exclure.

Mais la principale difficulté pour l’exécutif sera de composer avec les différentes sensibilités syndicales. La CGT, par exemple, s’oppose catégoriquement au fait de travailler plus longtemps. Le syndicat de Thierry Lepaon a d’ores et déjà appelé à manifester en septembre, afin de maintenir la pression.

Le Medef, pour sa première négociation de l’ère Gattaz, devrait de son côté insister sur le recul de l’âge légal. Le gouvernement devrait donc s’appuyer sur des syndicats réformistes, comme la CFDT ou la CFTC.

Yann Duvert