BFM Business

Retraites complémentaires: comment réduire leur déficit ?

L'avenir des retraites complémentaires est à nouveau débattu ce mardi 15 janvier

L'avenir des retraites complémentaires est à nouveau débattu ce mardi 15 janvier - -

Syndicats et patronats se retrouvent ce mardi 15 janvier pour discuter de l'avenir des régimes complémentaires Agirc et Arrco. Pistes évoquées : la désindexation des pensions par rapport à l’inflation et l'allongement de la durée de cotisations.

Les pourparlers reprennent. Patronat et syndicats se retrouvent, après s’être quittés en décembre, à la table des négociations ce mardi 15 janvier, afin de réduire le déficit des régimes complémentaires Agirc (cadres) et Arrco (tous salariés). Un déficit global qui pourrait atteindre 10 milliards d’euros d’ici 5 ans.

Pour cela, le Medef propose non plus une revalorisation en fonction de l'inflation mais selon l'évolution des prix moins un point. Les pensions de retraites du régime général et des régimes complémentaires sont revalorisées chaque année au 1er avril.

"Un accord de ce type des partenaires sociaux sur les retraites complémentaires serait un élément d'appréciation très important. On ne pourra pas ne pas en tenir compte", souligne dans Les Echos de ce mardi 15 janvier, Jérôme Cahuzac.

Vers une retraite à 64 ans pour les cadres?

Emmanuel Grimaud, le président fondateur de Maximis Retraite est du même avis. "Aujourd’hui les cotisations sociales sur le travail ont atteint un niveau quasiment insoutenable dont 25% pour les retraites. On ne pourra pas les augmenter beaucoup plus. Le fait d’augmenter les retraites moins que l’inflation, ça semble l’un des rares points d’accord entre partenaires sociaux", a-t-il précisé ce mardi sur BFM Business.

L’autre levier sur lequel pourrait jouer syndicats et patronat est le décalage de l’âge de la retraite. "Je pense que ce décalage aura lieu mais surtout pour la partie Agirc c’est-à-dire pour la retraite des cadres qui ont des retraites un petit peu supérieures parce qu’ils ont eu des salaires supérieurs", souligne Emmanuel Grimmaud. La retraite des salariés resterait donc fixée à 62 ans, sauf pour les cadres ou elle pourrait être à 63 ou 64 ans.

BFM Business.com et AFP